F1 - GP BRÉSIL

Barrichello décroche la pole et préserve ses espoirs de titre

Le Brésilien Rubens Barrichello (Brawn GP) s'est emparé de la pole au terme d'une séance de qualifications chaotique interrompue par la pluie et les sorties de pistes. Son coéquipier et rival pour le titre, Jenson Button, s'élancera en 14e position.

Publicité

AFP - Jenson Button (Brawn GP), favori pour le titre, s'est fortement compliqué la vie en terminant 14e des qualifications du Grand Prix du Brésil samedi, alors que son coéquipier Rubens Barrichello a signé la pole position, ce qui relance le suspense pour la fin de saison.

Le Britannique qui, à deux courses de la fin, compte 14 points d'avance sur Barrichello et 16 sur Vettel, savait depuis le dernier GP, au Japon, qu'il pouvait être sacré dès dimanche s'il ne concédait pas plus de quatre points au Brésilien ou six à l'Allemand. Un podium lui suffisait pour être champion, quel que soit le résultat de ses challengers.

Mais le stress, ou le déluge tombé samedi sur Sao Paulo qui a considérablement perturbé les qualifications, en ont voulu autrement. Les leaders se sont éparpillés aux quatre coins de la grille. Le suspense n'a jamais été aussi fort, à deux courses de la fin.

"Rubens 1er, Jenson 14e, Sebastian 16e... c'est incroyable. C'est presque impossible qu'(un tel résultat) se produise. Mais la pluie est arrivée. Et c'est devenu une vraie loterie", a reconnu, tout sourire, Rubens Barrichello, héros parmi les siens.

Sebastian Vettel a un temps tenu le rôle de la victime du jour. L'Allemand, qui avait tout misé sur son dernier tour de Q1 (la première partie des qualifications), s'est retrouvé incapable de rouler à pleine vitesse, la pluie redoublant à ce moment précis.

"Aujourd'hui, ce n'était pas une piste mais une piscine. C'est dur. Il y avait un moment où le circuit était beaucoup plus rapide. Mais nous n'en avons pas profité. Et ensuite, quand il y a eu moins de trafic, il y a avait beaucoup trop d'eau. Trop d'aquaplaning", a-t-il raconté.

"Il ne nous manquait pas grand chose. Nous devions juste trouver le bon timing", a soupiré le pilote de Red Bull, qui s'est dit "pas content, énervé".
  

"Encore rien gagné"

Débarrassé d'un de ses adversaires, Button semblait avoir les coudées franches pour se consacrer au titre. Mais, à la surprise générale, le Britannique s'est montré incapable de faire mieux qu'une quatorzième place en Q2.

"Nous avons fait une erreur de pneumatiques à la fin de la session", a expliqué Button, visiblement abattu. "J'imagine que l'erreur est collective, comme on dit", a-t-il remarqué, dans une interview à la BBC.

Mais le pire pour lui restait à venir. Car Barrichello, qui s'était péniblement qualifié pour la Q3, s'est senti pousser des ailes une fois débarrassé de Button et Vettel.

Le Brésilien, devant son public resté en masse malgré la pluie, a enchaîné les tours rapides, pour finalement signer la pole, devant une foule scandant "Rubinho, Rubinho !".

"Ce que ça montre, c'est que je fais mon boulot aussi bien que possible. Je roulerai au maximum (dimanche) pour gagner la course. Et quand elle se terminera, je regarderai où en seront Jenson et Sebastian", a expliqué Barrichello, heureux de son "super début de week-end".

Mais "je garde les pieds sur terre. Je n'ai encore rien gagné. Nous avons été très bons aujourd'hui. Je vais passer une bonne nuit", a poursuivi le Brésilien.

"Maintenant, j'ai peut-être moins d'essence que certains. Mais je partirai avec personne devant moi. C'est parfait pour la course", a-t-il positivé.

Si "Rubinho", qui se dit "fort sous la pluie", réussit son départ, son talon d'Achille cette saison, et gagne la course et que ses deux compères restent à leur place, il reviendra à 4 points de Button dimanche. Un tout petit handicap avant le dernier GP à disputer, à Abu Dhabi.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine