Accéder au contenu principal

Le rapporteur spécial de l'ONU sur la torture persona non grata à Harare

Bien que muni d'une invitation du Premier ministre Morgan Tsvangirai, le rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Manfred Novak (photo), a été arrêté et détenu à l'aéroport de Harare avant d'être expulsé vers l'Afrique du Sud.

PUBLICITÉ

AFP - Un expert de l'Onu sur les questions de torture arrêté mercredi soir à son arrivée au Zimbabwe a été expulsé jeudi, après une nuit de détention, a déclaré un responsable des Nations unies.

"Nous embarquons en ce moment dans l'avion pour Johannesburg", a dit ce responsable par téléphone.

Invité par le Premier ministre zimbabwéen Morgan Tsvangirai, l'Autrichien Manfred Nowak, rapporteur spécial du Conseil des droits de l'homme des Nations unies sur la torture et autres peines ou traitements cruels a été interpellé mercredi à l'aéroport de Harare.

Quatre gardes de la sécurité ont intercepté Nowak et deux collègues qui l'accompagnaient, ont pris leurs passeports et les ont conduit dans un salon où ils ont été retenus toute la nuit.

Harare avait annulé à la dernière minute son séjour, ce qu'il n'avait appris qu'à son arrivée à Johannesburg, d'où il devait gagner le Zimbabwe pour une mission d'information de sept jours. "Je n'avais pas anticipé ça. C'est un incident diplomatique grave", a dit Nowak, joint par Reuters mercredi soir.

Des désaccords grandissants opposent le parti de Morgan Tsvangirai et celui du président Robert Mugabe, la Zanu-PF, avec laquelle le premier a cessé de collaborer.

Les deux dirigeants ont formé un gouvernement d'union nationale pour mettre fin à de longs mois de tension mais Tsvangirai a annoncé il y a deux semaines qu'il boycottait l'accord tant que certains différends clés n'étaient pas aplanis.
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.