Accéder au contenu principal
MASTERS DE PARIS-BERCY

Gaël Monfils s'incline en finale face à Novak Djokovic

Texte par : Emmanuel VERSACE
3 mn

Le Serbe Novak Djokovic a battu, dimanche, le Français Gaël Monfils en finale du tournoi de Paris-Bercy (6-2, 5-7, 7-6). Grâce à cette victoire, le numéro 3 mondial remporte son cinquième titre de la saison - son premier en Masters 1000.

Publicité

Le "Djoker" ne fait plus rire, il gagne. Sa victoire au Masters de Paris-Bercy, dimanche, le Serbe Novak Djokovic la doit à son mental mais aussi et surtout à une préparation physique rigoureuse - "mon principal atout", avait-il déclaré à l'issue de sa demi-finale. Tombeur de Robin Söderling, de Rafael Nadal et, en finale, de Gaël Monfils, celui-ci s'impose comme l'homme fort du moment.

"J'ai dû puiser dans mes ressources. J'ai dû garder mon sang-froid jusqu'au bout. C'est pour ça que j'ai explosé à la fin du match", a déclaré Djokovic après sa victoire. "J'ai perdu trop de finales cette année pour lâcher celle-ci. J'ai joué chaque point sans regarder le résultat. C'était très dur de jouer avec le public contre moi, ce qui rend cette victoire encore plus belle. Gagner un Masters 1000, c'est toujours un énorme exploit."

À une semaine des Masters de Londres, Djokovic est plus conquérant que jamais. Numéro 3 mondial, il est le joueur du circuit qui a remporté le plus de victoires cette saison (76 matchs gagnés contre 18 perdus, dont 5 finales).

"Bravo Novak. Merci mon staff "

Après son premier tour face à Thierry Ascione, Gaël Monfils se disait cuit, mais il a fait bien plus que de la figuration dans cette finale disputée devant son public. Tout près de faire basculer le match en sa faveur après avoir remporté le deuxième set, le Français a buté sur un Djokovic "encore plus impressionnant qu'à Virtual Tennis [un jeu vidéo, ndlr]", plaisante-t-il, sourire crispé.

Malgré sa défaite, le Parisien a dédié son parcours à son staff. "Ils ont réussi à me mettre des coups de pieds au cul et à me faire jouer alors que je ne voulais pas. Longtemps, on a critiqué les gens qui m'entouraient, mais aujourd'hui je sais que je suis bien accompagné. Merci à mon staff, à mon entraîneur [Roger Rasheed] et à mon préparateur [Patrick Chamagne]."

Pour Monfils, l'heure est désormais au repos, que celui-ci va goûter aux Antilles afin de mieux reprendre la saison prochaine et, pourquoi pas, faire son retour "dans le top 10".

   
.
   

   

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.