Accéder au contenu principal

Chelsea inflige une leçon de football à Arsenal

Les Gunners se sont lourdement inclinés à domicile face à Chelsea (0-3), dimanche, lors de la 14e journée de Premier League. Grâce à Didier Drogba, auteur de deux buts, les Blues confortent leur place de leader au classement.

Publicité

AFP - Emmené par Didier Drogba, Chelsea n'a pas eu de difficultés dimanche pour aller battre sur sa pelouse une équipe d'Arsenal (3-0), dépassée et handicapée par les blessures et qui pointe désormais à 11 points des Blues, sereins leaders, au classement du championnat d'Angleterre.

Apres Manchester United (1-0), Liverpool (2-0), maintenant Arsenal (2-0): Chelsea est pour l'instant irrésistible cette saison et repousse les uns après les autres chacun de ses rivaux.

Dimanche sur la pelouse de l'Emirates Stadium, face à de valeureux mais limités Gunners, il y avait une classe d'écart entre les deux équipes. Les visiteurs ont surclassé leur hôtes, privés de Van Persie, Clichy, Bendtner et Diaby.

Les Blues ont été très peu mis en difficulté même si Arsenal a eu le plus souvent la possession du ballon. Mais à chaque fois que les joueurs d'Ancelotti ont attaqué, ils ont été dangereux.

C'est là d'ailleurs que s'est faite la différence. Quand Arsenal présentait le seul Eduardo comme attaquant de pointe, Chelsea alignait un impressionnant duo Anelka - Drogba.

Trop juste

Ce dernier a encore été l'homme du match, lui, le bourreau d'Arsenal. Il a été décisif en inscrivant le premier but d'une reprise du plat du pied droit sur un centre d'Ashley Cole (41) et le troisième d'un superbe coup franc (86). Ce sont ses 9e et 10e buts en 11 matches contre Arsenal et à chaque fois qu'il a joué, Chelsea n'a jamais perdu contre son rival londonien !

Quatre minutes après sa première réalisation, le match était plié quand le malheureux Thomas Vermaelen marquait contre son camp sur un nouveau centre de Cole (45).

Plus tôt, Anelka aurait dû bénéficier d'un penalty pour une faute de Sagna (19), Drogba n'avait pas assez appuyé sa tête (23) et Lampard avait été proche du but (64 et 77), comme Malouda (90+4).

De son coté, Arsenal a eu quelques situations chaudes comme cette frappe de Nasri (24) ou ce but refusé à Arshavin pour une faute peu évidente d'Eduardo sur Cech (49). Mais Fabregas et ses partenaires étaient simplement trop justes.

Arsène Wenger avait prévenu que l'heure de ses jeunes Gunners avait sonné. Il s'est trompé. Le titre est définitivement à oublier.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.