Accéder au contenu principal

Pour Gates, la victoire contre Al-Qaïda passe par la lutte contre les Taliban

"Repousser les Taliban est nécessaire pour vaincre Al-Qaïda", a déclaré le secrétaire américain à la Défense lors d’une audition au Congrès, alors que les élus doivent approuver le financement des renforts en Afghanistan annoncés par Obama.

Publicité
Il reste un obstacle à la nouvelle stratégie en Afghanistan de Barack Obama : son

financement. Si le Congrès américain ne peut s’opposer à l’envoi de 30 000 hommes supplémentaires, annoncé mardi soir par le président américain, c’est toutefois à lui désormais d’approuver son financement de 30 milliards de dollars. Deux émissaires - le secrétaire d’Etat à la Défense Robert Gates et la chef de la diplomatie Hillary Clinton – ont donc défendu aujourd'hui le plan d’Obama devant les élus.

 
"Repousser les Taliban est désormais nécessaire, bien qu'insuffisant, pour vaincre Al-Qaïda pour de bon", a déclaré Robert Gates devant la commission de la Défense du Sénat pour justifier l’envoi de renforts, précisant que le déploiement commencerait "d’ici deux à trois semaines".
 
"L'objectif des Etats-Unis en Afghanistan et au Pakistan est de démanteler, éradiquer et vaincre Al-Qaïda et empêcher son retour dans les deux pays", a-t-il rappelé. Or, "l'effort militaire international pour stabiliser l'Afghanistan est nécessaire pour atteindre cet objectif", a-t-il fait valoir.
 
Hillary Clinton à Bruxelles vendredi
 

"Les zones sous contrôle taliban pourraient rapidement devenir de nouveau des sanctuaires pour Al-Qaïda, ainsi que des bases pour les groupes militants menant une offensive au Pakistan", a-t-il poursuivi.

 
Pour intensifier la lutte contre les Taliban, Robert Gates a expliqué que les Etats-Unis demanderaient "entre 5 000 et 7 000 soldats supplémentaires" aux pays membres de l’Otan.
 
Hillary Clinton a également assuré aux élus que les Etats-Unis ne seraient pas "seuls face à ce défi" et qu’elle demanderait aux alliés des contributions supplémentaires "en soldats, en instructeurs et en ressources" lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Otan prévue à Bruxelles vendredi.
 
Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, a d’ores et déjà estimé à 5 000 le nombre de soldats supplémentaires que devraient envoyer les alliés des Etats-Unis. "Je peux confirmer que les alliés et nos partenaires vont apporter une contribution supplémentaire significative, au moins 5 000 soldats et probablement quelques milliers encore en plus", a-t-il déclaré.
 
La Pologne prête à envoyer 600 soldats
 
Le Premier ministre britannique, Gordon Brown, a déjà annoncé que son pays enverra 500 soldats en renfort. Et en réponse à l’appel de Barack Obama, le gouvernement polonais, qui compte pour l’instant 2 000 militaires en Afghanistan, s’est dit prêt mercredi à en fournir 600 de plus.
 
La France et l'Allemagne ont pour l’instant réservé leur réponse. "La France prendra quelques semaines pour réfléchir et consulter les partenaires", a expliqué mardi sur FRANCE 24 Thierry Mariani, le représentant spécial de la France pour l’Afghanistan. "Ce qui compte, c’est que l’ensemble des pays partenaires choisissent leur domaine" d’action, a-t-il précisé, évoquant des formes de soutien non militaire, comme la "formation d’officiers", la "formation de policiers", le "développement agricole", etc.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.