Accéder au contenu principal

Piégée par une télévision, Rachida Dati confie son exaspération à l'égard du Parlement européen

Lors d'une conversation privée, la députée européenne et ex-ministre française Rachida Dati confie ressentir une certaine frustration au Parlement de Strasbourg. Las, ses propos ont été diffusés sur une chaîne de télévision...

Publicité

AFP - L'ex-ministre française Rachida Dati s'ennuie-t-elle au Parlement de Strasbourg ? Les états d'âme de la nouvelle députée européenne, piégée par une télévision lors d'une conversation privée, lui ont valu mardi sarcasmes et rappel à l'ordre.

A l'origine de la polémique : un reportage réalisé en septembre et diffusé dimanche soir sur la chaîne française de télévision M6, dont les journalistes suivaient à Strasbourg l'ancienne ministre de la Justice. Oubliant son micro-cravate, elle confie sa lassitude par téléphone à une amie.

"Je suis dans l'hémicycle du parlement de Strasbourg. Je n'en peux plus, je n'en peux plus ! Je pense qu'il va y avoir un drame avant que je finisse mon mandat", explique-t-elle.

"Je suis obligée de rester là, de faire la maligne, parce qu'il y a un peu de presse et, d'autre part, il y a l'élection de (José Manuel) Barroso", le président de la Commission européenne, ajoute-t-elle.

L'intéressée, interrogée mardi par l'AFP au Parlement européen, a réfuté toute frustration à l'égard de son nouveau statut et affirmé que ses propos étaient liés à un problème "d'organisation" dans sa vie privée.

"Il s'agissait d'une conversation avec une amie, donc totalement privée qui ne mettait en cause ni le Parlement ni l'activité européenne (...) Moi je découvrais le Parlement européen, il fallait que j'organise ma vie familiale mais également ma vie professionnelle", a-t-elle ajouté.

La scène, qui fait florès sur internet, lui a valu d'être "recadrée" mardi par son responsable direct au Parlement, le Français Joseph Daul, chef de file des élus conservateurs et membre comme elle du parti de droite (UMP) du président Nicolas Sarkozy.

Il s'est dit "surpris". Tout en comprenant que ce soit "difficile quand on était ministre de redevenir simple député européen", il a estimé : "c'est une très bonne chose que de temps en temps, surtout à son âge, on redevienne députée et on réapprenne l'humilité et le travail de terrain".

Issue d'une famille d'origine maghrébine, Mme Dati, 44 ans, était l'une des icônes de la diversité voulue par Nicolas Sarkozy, dont elle a longtemps été très proche. Tombée en disgrâce, elle avait dû quitter son poste en juin et passe pour avoir été envoyée au Parlement européen contre son gré par le chef de l'Etat.

Maire du 7e arrondissement de Paris, quartier chic de la capitale, Rachida Dati a beaucoup agacé avec son goût affiché pour le luxe. Ses robes de grands couturiers et les rumeurs sur l'identité du père de sa fille Zohra, née alors qu'elle était membre du gouvernement, ont fait d'elle une star des magazines people.

"Je vous avais dit qu'elle ne supporterait pas, qu'elle rentrerait", a réagi mardi le chef de file des écologistes au Parlement européen, Daniel Cohn-Bendit. Il y a vu l'"échec du sarkozysme". "C'est l'échec de +on prend quelqu'un, on l'impose quelque part", a-t-il ajouté. Des propos qualifiés d'"indignes" et "absolument scandaleux" par Mme Dati.

De son côté, le secrétaire général de l'UMP Xavier Bertrand a préféré évoquer son implication dans le parti présidentiel.

Et ses collègues de l'UMP au Parlement européen ont tenté de voler à son secours. "C'est de l'exploitation politique. Si Daniel Cohn-Bendit avait tenu les mêmes propos sur le Parlement européen, tout le monde aurait applaudi en disant qu'il parle sans langue de bois", a dit l'un d'eux, Arnaud Danjean, à l'AFP.

"L'intérêt des séances au Parlement européen est inégal. Moi aussi, si on m'avait mis un micro-cravate à la sortie d'une réunion technique de quatre heures et demie, je pourrais dire +y'en a marre+, je préfèrerais aller boire une mousse avec les copains", a-t-il ajouté.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.