Accéder au contenu principal

Sanaa promet de sévir contre toute intrusion de "combattant" étranger

Sanaa a mis en garde samedi contre toute tentative d'infiltration de la part de "combattants" étrangers. Vendredi, les Shebab somaliens avaient menacé de venir prêter main forte aux éléments d'Al-Qaïda au Yémen.

Publicité

AFP - Le ministre yéménite des Affaires étrangères, Abou Bakr al-Kourbi, a affirmé samedi que son pays ne permettrait aucune infiltration de "combattants" étrangers, en réponse aux insurgés islamistes somaliens qui veulent venir prêter main forte aux éléments d'Al-Qaïda au Yémen.

"Le Yémen n'acceptera, sur son territoire, aucune présence d'éléments terroristes (étrangers) et sera à l'affût de toute personne qui tenterait de porter atteinte à sa sécurité et à sa stabilité", a déclaré le ministre.

M. Kourbi, cité par l'agence officielle Saba, s'est dit "étonné" par la déclaration d'insurgés islamistes somaliens, les shebab, disant qu'ils enverraient des "combattants" au Yémen où les forces gouvernementales traquent des suspects d'Al-Qaïda.

"Il aurait été plus judicieux pour ceux qui promettent d'exporter le terrorisme d'oeuvrer à la stabilité de leur pays déchiré par la guerre", a encore dit le chef de la diplomatie yéménite.

Cheikh Mukhtar Robow Abu Mansour, un haut responsable des shebab, a déclaré vendredi: "Nous avons dit à nos frères musulmans au Yémen que nous allons traverser la mer (...) et venir jusqu'à eux pour les aider à combattre les ennemis d'Allah".

"Aujourd'hui, vous voyez ce qui se passe au Yémen, les ennemis d'Allah détruisent nos frères musulmans", a-t-il ajouté dans le nord de Mogadiscio où il a présenté des centaines de jeunes combattants shebab qui se réclament ouvertement d'Al-Qaïda.

"J'appelle les jeunes hommes dans les pays arabes à se joindre au combat" au Yémen, a-t-il poursuivi.

Les autorités yéménites affirment que leurs forces ont tué plus de 60 militants islamistes soupçonnés d'appartenance à Al-Qaïda dans des raids menés les 17 et 24 décembre dans le centre du pays et la région de Sanaa.

Ces affrontements sont survenus alors que le Yémen a demandé l'aide de l'Occident pour lutter contre la présence de "centaines" de militants d'Al-Qaïda dans le pays, patrie du chef du réseau Oussama Ben Laden.
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.