Accéder au contenu principal
YÉMEN

Sécurité renforcée autour des ambassades occidentales à Sanaa

Texte par : Dépêche
3 min

Les mesures de sécurité autour des ambassades de Grande-Bretagne, des États-Unis et de France à Sanaa, qui ont fermé leurs portes au public ces deux derniers jours après avoir reçu des menaces d'Al-Qaïda, ont été renforcées.

Publicité

AFP - La sécurité a été renforcée lundi autour des ambassades à Sanaa, notamment celles des Etats-Unis, de Grande-Bretagne et de France, fermées de crainte d'attaques du réseau Al-Qaïda dont deux membres ont été tués dans une nouvelle opération des forces yéménites.

Paris a emboîté le pas à Washington et Londres qui ont fermé leurs ambassades pour le deuxième jour consécutif, après les menaces d'un groupe se réclamant d'Al-Qaïda, qui a revendiqué l'attentat manqué de Noël contre un avion de ligne américain faisant le trajet Amsterdam-Detroit.

Yémen, nouvelle base arrière d'Al Qaïda ?

Les autorités yéménites ont renforcé le dispositif de sécurité dans la capitale. Ce dispositif, incluant des agents des renseignements en civil, était visible autour des chancelleries occidentales. Les barrages de police se sont également multipliés sur la route de l'aéroport international.

Parallèlement, les forces de sécurité, passées à l'offensive contre Al-Qaïda, ont lancé une nouvelle opération à 40 km au nord de Sanaa, selon une source au sein des services de sécurité.

"Des unités de la lutte antiterroriste ont lancé un raid contre l'un des chefs recherchés d'Al-Qaïda, le terroriste Mohammad Ahmed al-Hang (...). Elles ont eu un accrochage avec cet individu, qui a fait deux morts parmi ses accompagnateurs suspectés d'appartenir à Al-Qaïda", a dit cette source. "Deux autres ont été blessés mais le terroriste a réussi à s'échapper et les forces de l'ordre le pourchassent".

Washington et Londres ont annoncé leur intention d'aider le Yémen à renforcer les capacités de ses unités antiterroristes, alors que l'auteur de l'attentat manqué contre l'avion américain a été entraîné au Yémen par Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqap).

Le chef de la diplomatie yéménite, Abou Bakr al-Kourbi, a cependant rejeté toute comparaison entre son pays et l'Afghanistan en ce qui concerne l'implantation du réseau d'Al-Qaïda. "La situation est différente au Yémen et ne peut être comparée à celle de l'Afghanistan".

A Paris, le ministère des Affaires étrangères a annoncé que l'ambassadeur à Sanaa avait "décidé de ne plus autoriser jusqu'à nouvel ordre l'accès du public aux locaux de la mission diplomatique".

"Des groupes se réclamant d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique ont menacé des représentations étrangères au Yémen. Le niveau de vigilance concernant la sécurité de notre ambassade à Sanaa et de nos ressortissants était déjà élevé", a-t-il dit.

Après l'Espagne, qui a restreint l'accès du public à sa représentation de Sanaa, l'Allemagne et l'Italie ont annoncé un renforcement de la sécurité pour leur ambassade et le Japon a fermé seulement le consulat.

L'Italie a demandé une plus étroite coordination au niveau européen et du G8.

"Si une ambassade ferme et une autre reste ouverte, cette dernière peut être la cible d'un attentat terroriste", a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère italien des Affaires étrangères, Maurizio Massari.

L'ambassade américaine a expliqué sa fermeture par "l'existence de menaces d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique contre les intérêts américains au Yémen".

Le conseiller pour la lutte antiterroriste du président américain Barack Obama, John Brennan, a ensuite dit que "selon certaines indications, Al-Qaïda prépare un attentat contre une cible à Sanaa, qui pourrait être notre ambassade".

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a de son côté indiqué à la presse que l'ambassade rouvrirait "quand les conditions le permettront".

En revendiquant l'attentat manqué perpétré par le Nigérian Umar Farouk Abdulmutallab, l'Aqap a promis la mort à "tous les croisés", menace prise au sérieux en Occident.

Les Etats-Unis ont également annoncé un renforcement des contrôles des passagers embarquant sur des avions à destination de leur territoire.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.