Accéder au contenu principal
DIPLOMATIE

Entre Paris et Abidjan, la querelle de la présidentielle

Texte par : Dépêche
|
2 min

Reportée six fois, l'élection présidentielle ivoirienne provoque de vives tensions entre Paris et Abidjan. Le chef de la diplomatie française a décidé d'ajourner son voyage tant que le processus électoral ne sera pas enclenché.

Publicité

AFP - Paris attend que "l'étape des élections" en Côte d'Ivoire soit "annoncée" et "le plus rapidement possible", ce qui abrègera le report du voyage de son chef de la diplomatie Bernard Kouchner à Abidjan, a fait valoir vendredi le Quai d'Orsay, se refusant à toute "polémique".

"Il n'y a absolument pas lieu de rentrer dans la moindre polémique avec nos amis ivoiriens", a dit lors d'un point-presse son porte-parole, Bernard Valero, en estimant qu'"il s'agit d'un report qui, nous l'espérons, sera de la plus courte durée possible".

Le Quai d'Orsay a annoncé jeudi que M. Kouchner avait décidé de "reporter" sa visite prévue à Abidjan dimanche, après la demande par le président ivoirien Laurent Gbagbo d'un nouveau délai dans le processus électoral.

Le conseiller diplomatique de M. Gbagbo, Alcide Djédjé, s'était alors insurgé contre la version présentée par Paris pour le report de cette visite.  "On ne fixera pas de date des élections sous la pression de qui que ce soit", avait-il insisté.

Selon lui, Bernard Kouchner souhaitait obtenir lors de sa venue "la date des élections", alors que Laurent Gbagbo avait dit que cette date ne serait pas connue avant "qu'on ait une liste définitive en main".

M. Valero a rappelé que "l'objet du déplacement de Bernard Kouchner était précisément d'aller à Abidjan une fois définitivement arrêtées les listes".

"Les listes ont été publiées. Après leur publication, il y a eu la période de contestation, d'ajustement, de vérification. On pensait que cette période allait être terminée mais elle est repoussée, et on n'y voit pas très clair en matière de dates de scrutin", a-t-il dit.

"Nous attendons que ces étapes soient clairement annoncées, que l'étape des listes soit franchie et que l'étape des élections soit annoncée afin de rendre un déplacement (de M. Kouchner) efficace et productif".

Il "nous importe" que "les dates soient fixées le plus rapidement possible", a souligné M. Valero.

Six fois reportée depuis la fin du mandat de M. Gbagbo en 2005, l'élection présidentielle a été fixée le 3 décembre à "fin février-début mars 2010".

Mais le président ivoirien a réclamé mercredi une prolongation du traitement des contentieux sur la liste électorale provisoire, censé s'achever le même jour.
   

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.