Accéder au contenu principal
TERRORISME

Abdulmutallab évoque 20 autres aspirants kamikazes, selon CBS

Texte par : Dépêche
2 min

Umar Abdulmutallab, le jeune Nigérian qui a tenté le 25 décembre de faire exploser un avion de ligne américain, aurait affirmé que 20 personnes étaient actuellement formées au Yémen pour mener des attaques similaires.

Publicité

AFP - Le Nigérian de 23 ans, accusé d'avoir voulu faire exploser un avion de ligne le jour de Noël, a affirmé pendant son interrogatoire que 20 autres aspirants terroristes subissaient un entraînement pour mener des attaques similaires, a rapporté vendredi la chaîne CBS.

Des responsables des services de renseignement britanniques ont indiqué qu'Umar Farouk Abdulmutallab s'était "vanté du fait que près de 20 autres jeunes hommes musulmans étaient entraînés au Yémen à utiliser la même technique pour faire exploser des avions", a dit la chaîne américaine.

Abdulmutallab a plaidé non coupable vendredi devant un tribunal fédéral de Detroit (Michigan, nord) des six chefs d'accusation pesant contre lui dont "tentative de meurtre" et "tentative d'utilisation d'armes de destruction massive".

Les autorités américaines n'ont pas dévoilé le résultat des interrogatoires du jeune homme qui a notamment été interrogé par le FBI, se contentant de signaler qu'il fournissait des informations "utiles".

Le 25 décembre, alors que le vol 253 de la compagnie Northwest Airlines assurant la liaison Amsterdam-Detroit avec 290 personnes à son bord entamait sa descente, Umar Farouk Abdulmutallab a tenté de déclencher un engin explosif dissimulé dans ses sous-vêtements. Il a été empêché d'agir par des passagers puis isolé par l'équipage.

Il a ensuite assuré aux enquêteurs avoir suivi un entraînement terroriste au Yémen dans un camp d'Al-Qaïda. La branche du réseau dans la péninsule arabique a depuis revendiqué la tentative d'attentat.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.