Accéder au contenu principal

Les États-Unis échafaudent les plans d'une éventuelle opération militaire

Les plans d'une opération militaire contre les sites nucléaires iraniens au cas où aucune solution diplomatique n'était trouvée avec Téhéran dans ce dossier ont été mis au point, affirme le général américain David Petraeus.

Publicité

AFP - Les Etats-Unis ont mis au point des plans militaires concernant les installations nucléaires iraniennes, dont des "bombardements", a indiqué le commandant des forces américaines en Irak et en Afghanistan, David Petraeus, dans une interview diffusée dimanche sur CNN.

"Il serait complètement irresponsable que le Centcom (le commandement de l'armée américaine en charge de la région, ndlr) n'ait pas envisagé plusieurs scénarii et conçu des plans pour répondre à une grande variété de situations", a déclaré le général Petraeus, selon des extraits d'une interview qui devait être diffusée dimanche sur la chaîne CNN.

Interrogé sur les installations nucléaires iraniennes et la possibilité qu'elles soient fortifiées pour les protéger d'une attaque, le général a remarqué qu'"elles peuvent tout à fait être bombardées".

M. Petraeus n'a donné fourni aucune autre précision sur la nature des plans américains, soulignant que l'impact de chaque action serait soigneusement évalué, selon CNN.

Le général a ajouté qu'il estimait que la crise nucléaire iranienne pouvait toujours être résolue par la voie diplomatique: "Il reste encore du temps avant qu'on n'atteigne un point critique".

Une partie de la communauté internationale redoute que l'Iran, en dépit de ses dénégations répétées, ne cherche à produire un combustible utilisable à des fins militaires.

Le groupe des "Six" (Etats-Unis, Russie, France, Grande-Bretagne, Allemagne et Chine) qui négocie sur ce dossier avait proposé l'an dernier à l'Iran de faire enrichir la plus grosse partie de son uranium à l'étranger sous l'égide de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), pour obtenir en retour du combustible pour son réacteur de recherche.

Mais l'Iran a rejeté cette offre et lancé le 2 janvier un ultimatum aux grandes puissances, leur laissant un mois pour accepter un échange d'uranium selon ses propres conditions.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.