Accéder au contenu principal
Focus

Le mystère Ali Agça

Par : Dépêche
|

Le 13 mai 1981, le pape Jean-Paul II échappait à une tentative d'assassinat à Rome. L'homme qui avait tiré, Mehmet Ali Agça, est aujourd'hui libéré en Turquie, après avoir passé les 30 dernières années derrière les barreaux.

Publicité

AFP - Mehmet Ali Agca, le Turc qui avait tenté de tuer Jean Paul II en 1981, a été libéré lundi de sa prison près d'Ankara, mais a été aussitôt envoyé dans un hôpital militaire pour des examens, car il n'a pas effectué son service militaire.

"La procédure de libération a été achevée", a déclaré son avocat Yilmaz Abosoglu à l'extérieur de la prison de haute sécurité, située à environ 60 km de la capitale turque, et protégée par d'importantes forces de gendarmerie.

Portant un sweater bleu, Agca, qui a passé près de 30 ans en prison, a été aperçu dans une voiture, le poing levé, quittant la prison, escorté par d'autres véhicules, selon un journaliste de l'AFP sur place.

Il a immédiatement été emmené sous escorte à un hôpital militaire d'Ankara, pour des examens, a constaté un journaliste de l'AFP qui suivait le convoi.

L'avocat avait expliqué peu auparavant qu'il serait présenté à un poste d'enrôlement de l'armée, car il n'a jamais effectué son service militaire.

Un autre de ses avocats, Haci Ali Özhan, avait déclaré dimanche que le bureau d'enrôlement militaire de sa ville natale de Malatya (est) réclamait qu'il soit contrôlé par des médecins militaires immédiatement après sa libération car, selon eux, il serait en délit de fuite.

Agca, âgé de 52 ans, avait pourtant été déclaré "inapte" au service militaire pour "troubles avancés de la personnalité" et "personnalité antisociale" en 2006 par un hôpital militaire d'Istanbul, lorsqu'il avait été libéré de prison pendant huit jours, après une erreur dans l'examen de ses réductions de peine.

"Le ministère de la Défense affirme ne pas avoir validé ce document. Nous demandons que cette erreur soit corrigée d'ici demain" lundi, avait ajouté l'avocat.

Le service militaire est obligatoire pour tout ressortissant turc, à partir de 18 ans, sans limite d'âge.

"Agca est sous le choc et insiste qu'il ne peut plus tenir une arme à cause de ses convictions religieuses et philosophiques", avait ajouté l'avocat dimanche, craignant pour la sécurité de son client s'il était amené à accomplir son devoir militaire.

Mehmet Ali Agca, qui a milité au sein des "Loups gris", groupe d'extrême droite auteur de nombreuses violences dans les années 1970, a prévu de faire des révélations sur les raisons de sa tentative d'assassinat sur Jean Paul II, et a été sollicité par de très nombreux éditeurs et réalisateurs de films.

Il avait été emprisonné en Turquie après son extradition d'Italie en 2000 pour plusieurs crimes commis à Istanbul, avant qu'il ne tente d'assassiner Jean Paul II le 13 mai 1981 sur la place Saint-Pierre de Rome, le blessant grièvement à l'abdomen avec une arme à feu.

Le mobile de sa tentative d'assassinat est resté un mystère.

Il a affirmé que son acte avait des motivations divines, et a fait de nombreuses déclarations contradictoires qui ont donné lieu à l'ouverture de dizaines d'enquêtes.

Des accusations selon lesquelles l'Union soviétique et la Bulgarie communiste d'alors étaient impliquées n'ont jamais été vérifiées.

A l'occasion du décès en avril 2005 de Jean Paul II, Agca avait fait de mystérieuses déclarations, se proclamant le "second Messie", et annonçant son intention d'écrire "la Bible parfaite, véritable".

Dans une ultime missive transmise mercredi par son avocat, Agca a appelé à la fondation d'un "nouvel empire américain qui doit devenir le centre et le chef de la paix, la démocratie et la liberté internationales".

Il a aussi enjoint le président américain Barack Obama de "faire honneur au Prix Nobel de la Paix" qui lui a été décerné.

 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.