Accéder au contenu principal

Moussavi et Karoubi appellent à manifester le 11 février, jour anniversaire de la Révolution

Les leaders de l'opposition appellent tous ceux qui rejettent le pouvoir en place à participer massivement aux défilés du 11 février, date à laquelle l'Iran commémore l'avènement de la Révolution islamique. Ils dénoncent la pendaison d'opposants.

Publicité

AFP - Deux chefs de l'opposition iranienne, Mir Hossein Moussavi et Mehdi Karoubi, ont dénoncé la pendaison de deux opposants qui vise, selon eux, à créer un "climat de peur" pour dissuader l'opposition de manifester le 11 février à l'occasion de l'anniversaire de la révolution.

"Mir Hossein Moussavi et Mehdi Karoubi ont regretté les récentes pendaisons et ont demandé que la situation des prisonniers soit examinée conformément à la loi", a rapporté samedi Sahamnews, le site du parti de M. Karoubi.

it
FR WB DPX GHAZI TEHERAN 7H.wmv

L'Iran a pendu jeudi deux monarchistes accusés d'avoir cherché à renverser la République islamique, procédant aux premières exécutions d'opposants depuis le début de la grave crise politique déclenchée par la réélection contestée du président Mahmoud Ahmadinejad en juin 2009.

Ces deux opposants, accusés d'être "mohareb" (ennemis de Dieu) avaient été condamnés à mort en octobre dans le cadre d'une série de procès d'opposants et de manifestants arrêtés lors des émeutes ayant suivi l'élection présidentielle.

"Il semble que ces pendaisons visent à créer un climat de peur pour dissuader les gens de manifester le 11 février prochain", ont affirmé Mir Hossein Moussavi, un ancien Premier ministre, et Mehdi Karoubi, un ex président du parlement.

Ils ont appelé "la population à participer massivement au défilé" organisé chaque année à l'occasion de la victoire de la révolution islamique, un appel s'adressant implicitement aux partisans de l'opposition antigouvernementale, interdits de manifestation, qui utilisent depuis l'été chaque rassemblement officiel pour tenter de faire entendre leur voix.

Des sites internet d'opposition appellent depuis plusieurs jours les opposants à participer au grand défilé du 11 février, lors duquel M. Ahmadinejad doit prononcer un discours, pour exprimer leurs revendications.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.