Accéder au contenu principal

La CPI réexamine la possibilité d'inculper El-Béchir pour génocide

Visé par un mandat d'arrêt pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité au Darfour, où la guerre civile a fait au moins 300 000 morts, le président soudanais pourrait être jugé pour génocide par la Cour pénale internationale (CPI).

Publicité

AFP - Les juges de première instance de la Cour pénale internationale (CPI) doivent réexaminer leur décision de ne pas retenir le génocide dans leur mandat d'arrêt contre le président soudanais Omar el-Béchir, a ordonné mercredi la chambre d'appel de la CPI.

"La chambre d'appel ordonne de prendre une nouvelle décision en se basant sur une bonne administration de la norme de la preuve", a déclaré le juge finlandais Erkki Kourula.

"La question ne porte pas sur la question de savoir si M. el-Béchir est responsable ou pas du crime de génocide. L'appel porte sur une question de droit procédural", a souligné le juge.

La chambre d'appel a estimé que "la norme d'établissement de la preuve appliquée par la chambre préliminaire était plus exigeante que ce qui est exigé".

Les juges de première instance avaient émis le 4 mars 2009 un mandat d'arrêt contre le président soudanais pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité au Darfour mais n'avaient pas retenu le génocide demandé par le procureur. Luis Moreno-Ocampo avait interjeté appel le 6 juillet 2009.

En vertu d'une résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, le procureur de la CPI enquête depuis 2005 sur le Darfour, région déchirée depuis 2003 par une guerre civile.

Omar el-Béchir est soupçonné d'être pénalement responsable, en tant qu'auteur indirect ou co-auteur indirect, de cinq chefs d'accusation de crimes contre l'humanité, à savoir meurtre, extermination, transfert forcé, torture et viol.

Il est également soupçonné de deux chefs d'accusation de crimes de guerre: le fait de diriger des attaques intentionnelles contre des civils et le pillage.

Les juges de première instance avaient conclu que les éléments avancés par l'accusation ne présentaient pas de "motifs raisonnables de croire qu'Omar el-Béchir avait une intention spécifique de détruire en tout ou partie les groupes four, massalit et zaghawa", les trois principales ethnies du Darfour.

Pour l'accusation, M. Béchir est responsable du meurtre d'au moins 35.000 civils des trois ethnies entre 2003 et 2005, et de l'expulsion et du viol de centaines de milliers d'entre eux, ce qui prouve selon elle ses "intentions génocidaires".

Le mandat d'arrêt contre Omar el-Béchir est le premier mandat d'arrêt délivré contre un chef d'Etat en exercice par la CPI, premier tribunal international permanent chargé de juger les auteurs de crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocide.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.