Accéder au contenu principal
FOOTBALL AMÉRICAIN

Les "pro-life" s'invitent au Super Bowl

Texte par : Emmanuel VERSACE
|
Vidéo par : Pierrick LEURENT
2 min

La perspective de voir diffuser une publicité anti-avortement, dans laquelle jouerait la star des Florida Gators Tim Tebow (photo), pendant la retransmission de l'évènement sportif le plus populaire des États-Unis provoque une polémique.

Publicité

La 44e finale du championnat de football américain qui opposera, dimanche, la Nouvelle-Orléans à Indianapolis fait déjà l'objet d'une vive polémique aux États-Unis. Financée par l’association religieuse conservatrice Focus on the Family, une publicité contre l’avortement sera diffusée sur CBS, avant et après la retransmission du Super Bowl... ce qui provoque la colère des amateurs de football américain les plus libéraux.

Les "pro-choice", qui défendent le droit à l’avortement, crient en effet au scandale et accusent CBS, diffuseur historique du Super Bowl, de prendre partie dans un débat qui déchire la société américaine. Dans un communiqué, Dana McClintock, porte-parole de la chaîne, dément à peine, expliquant que les choix publicitaires précédents de CBS "ne prenaient pas assez en compte le sentiment du public". En d’autres termes : CBS veut satisfaire l’aile la plus conservatrice de ses télépsectateurs.

Le spot en question, qui n’a pas encore été diffusé, mettrait en scène le joueur des Florida Gators Tim Tebow, une star du championnat universitaire aux convictions religieuses affirmées, aux côtés de sa mère, devenue l’icône des "pro-life" parce que celle-ci a refusé, un beau jour de 1987, de se faire avorter contre l’avis de ses médecins, et est devenue, vingt ans plus tard, la mère d’un champion.

Interrogations sur le financement

Comme le reste de la société américaine, les médias américains sont divisés sur l'affaire. Tandis que certains considèrent qu'il s'agit d'une publicité comme les autres, d'autres estiment qu'elle n'a rien à voir avec les spots de réclame traditionnelle pour Dr Peppers, Doritos ou Bud Light.

Plusieurs journaux en ligne du Colorado, où est basée Focus on the Family, s'interrogent ainsi sur le problème éthique que soulève une telle campagne et posent la question de son financement. Comment, en effet, une association qui a récemment dû licencier 275 employés et dont les comptes sont dans le rouge, selon denverpost.com et thegazette.com, a-t-elle pu se payer cette publicité ?

Même si le coût de la minute publicitaire a baissé par rapport à l’an dernier, celui des 30 secondes s'élève encore à 2,5 ou 2,8 millions de dollars (contre 3 millions en 2009)... Porte-parole de Focus on the Family, Gary Schneeberger affirme que l’argent provient de dons, et non de la trésorerie de l'association. Quoi qu'il en soit, à J-2 du Super-Bowl, elle peut d'ores et déjà  se féliciter du buzz inespéré engendré par l'opération.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.