Accéder au contenu principal

Le médecin de Jackson plaide non coupable d'homicide involontaire‎

Soupçonné d'avoir administré à Michael Jackson un puissant anesthésiant qui a causé sa mort, le docteur Conrad Murray a été inculpé lundi d'homicide involontaire. Une accusation pour laquelle il a plaidé non coupable.

Publicité

AFP - Après plus de sept mois d'enquête et des semaines de spéculations, Conrad Murray, le dernier médecin de Michael Jackson, a été inculpé lundi à Los Angeles d'"homicide involontaire" pour la mort du "roi de la pop", une accusation pour laquelle il a plaidé non coupable.

Dans un communiqué, le bureau du procureur de Los Angeles a déclaré dans la matinée qu'il poursuivait pour "homicide involontaire" Conrad Murray, 56 ans, soupçonné d'avoir "tué Michael Jackson, sans préméditation".

Comme l'avaient annoncé ses avocats tôt lundi, Conrad Murray s'est rendu de lui-même aux autorités à la mi-journée.

Vêtu d'une veste claire et d'une cravate rouge, il est ainsi entré libre et sans menottes au tribunal de la Cour supérieure de Los Angeles, où il s'est vu signifier formellement son chef accusation, vers 14H00 locales (22H00 GMT).

M. Murray a écouté l'énoncé de l'accusation le visage grave et impassible, avant de plaider non coupable, par la voix de son avocat Ed Chernoff.

La caution a été fixée à 75.000 dollars par le juge Keith Schwartz, qui a fixé une nouvelle audience au 5 avril.

Le juge a également retiré à Conrad Murray son passeport, et lui a interdit de prescrire dorénavant tout sédatif ou anesthésiant, notamment le propofol, à l'origine de la mort de Michael Jackson.

Après l'acquittement de la caution, Conrad Murray est ressorti libre du tribunal. Son avocat a alors déclaré à la presse que son client était "en forme", qu'il "attendait de pouvoir retrouver ses patients", et a assuré que le médecin visitait "régulièrement" la tombe du chanteur.

Peu après l'annonce de l'inculpation, dans la matinée, plusieurs membres de la famille Jackson étaient arrivés au tribunal, parmi lesquels les parents de la pop star, Katherine et Joe, ainsi que ses frères et soeurs Tito et LaToya.

"Nous voulons que justice soit faite", a déclaré Joe Jackson aux journalistes, venus en masse devant le tribunal et dans la salle d'audience.

Devant le tribunal, quelques fans étaient rassemblés, brandissant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire "Le monde veut que justice soit faite pour Michael", ou "Justice pour Michael Jackson", a constaté une journaliste de l'AFP.

Michelle Perell, une réceptionniste de 26 ans fan du "roi de la pop", estimait que le docteur Murray "devrait être accusé de meurtre avec préméditation et condamné à la prison à vie. Il a tué la plus belle personne au monde".

Le chef d'accusation d'"homicide involontaire" pourrait valoir au docteur Murray, en cas de condamnation, un maximum de quatre ans de prison.

Brian Oxman, l'avocat de la famille Jackson, a critiqué le chef d'accusation d'homicide involontaire, considérant qu'on aurait dû reconnaître au médecin un "plus grand niveau de responsabilité. Ce qu'il a fait était inconscient. C'était du mépris pour la vie humaine".

La mère du chanteur, Katherine, a elle aussi déclaré sur la chaîne ABC7 qu'elle était persuadée de la culpabilité du docteur.

"Il n'y avait que lui (auprès de Michael Jackson). Il est coupable, il essaie juste d'assurer ses arrières", a-t-elle déclaré.

Michael Jackson est mort le 25 juin à l'âge de 50 ans à Los Angeles, des suite d'une surdose de médicaments et d'une intoxication à l'anésthésiant propofol.

Le docteur Murray a toujours reconnu qu'il avait administré le propofol à Michael Jackson, un peu avant sa mort. Mais selon lui, c'était à la demande insistante du "roi de la pop", qui l'utilisait comme somnifère.
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.