Accéder au contenu principal

Près de 200 inculpations pour meurtre après le massacre de Mindanao

Quelque 197 personnes ont été inculpées pour leur implication dans les violences claniques qui avaient fait 57 morts sur l'île de Mindanao (Sud) en novembre 2009. Parmi les accusés figure un ancien proche de la présidente Gloria Arroyo.

PUBLICITÉ

AFP - Un total de 197 personnes, dont un ancien allié politique de la présidente Gloria Arroyo, ont été inculpées pour meurtre après le massacre de 57 civils en novembre sur l'île de Mindanao, dans le sud des Philippines, a indiqué mardi le procureur.

Andal Ampatuan Sr, chef d'un clan musulman et ex-gouverneur de la province de Maguindanao, soupçonné d'être à l'origine de la tuerie, figure parmi les personnes inculpées, selon des documents transmis à un tribunal de Manille.

Cinquante-sept personnes, dont de nombreuses femmes et une trentaine de journalistes, avaient été abattues le 23 novembre dans un village de Maguindanao par des hommes armés sur fond de rivalités politiques.

Le massacre visait, selon des proches des victimes et la police, à empêcher un rival de se présenter à une élection au poste de gouverneur prévue cette année, poste que le gouverneur actuel voulait réserver à son fils âgé d'une quarantaine d'années.

Le fils du gouverneur, Andal Ampatuan Jr, officiellement inculpé de 25 meurtres et accusé d'avoir dirigé le massacre, a plaidé non coupable.

Les règlements de comptes et les violences entre clans rivaux, dotés de milices privées, ne sont pas rares dans le sud des Philippines, également théâtre d'un conflit entre l'armée et les rebelles séparatistes musulmans.

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.