Accéder au contenu principal

Feu vert pour une alliance renforcée entre British Airways et American Airlines

Washington a donné son autorisation à une alliance renforcée entre British Airways et American Airlines. Les deux compagnies aériennes auront l'obligation de ménager la concurrence sur les trajets transatlantiques.

Publicité

AFP - Le gouvernement américain a autorisé samedi une alliance renforcée entre British Airways et American Airlines, recommandant des concessions minimes pour qu'elle ne nuise pas à la concurrence sur les trajets transatlantiques.

"Le ministère des Transports a proposé aujourd'hui d'accorder l'immunité antitrust à American Airlines et quatre partenaires étrangers pour former une alliance globale", selon un communiqué du ministère.

"Cependant, le ministère a noté que cette alliance pourrait nuire à la concurrence sur certaines liaisons entre les Etats-Unis et l'aéroport Heathrow de Londres, principale plate-forme de l'alliance Oneworld, où les capacités d'atterrissage et de décollage sont limitées", ajoute le communiqué.

"Comme condition préalable à cet accord, le ministère propose donc que les compagnies concernées mettent à la disposition de leurs concurrents quatre paires de créneaux (de décollage et atterrissage, ndlr) pour de nouvelles liaisons aux départ d'Heathrow", précise le document mis en ligne sur le site du ministère.

American Airlines, British Airways et Iberia, trois membres de l'alliance Oneworld, ainsi que Finnair et Royal Jordanian, qui se sont jointes au processus, avaient signé un accord de coopération donnant la possibilité aux passagers de bénéficier des liaisons des trois compagnies entre l’Amérique du Nord et l’Europe.

Ces compagnies avaient demandé au département des Transports américain une immunité anti-trust, garantie que les autorités de la concurrence ne les poursuivraient pas dans le cadre de leur alliance, un sésame déjà obtenu par les alliances concurrentes Star et SkyTeam.

L'alliance pourrait fonctionner sans cette immunité mais les compagnies n'auraient pas été à l'abri d'éventuelles poursuites.

Le ministère des Transports, décisionnaire ultime dans ce processus, a suivi certaines recommandations du ministère américain de la Justice, qui avait estimé nécessaire en décembre d'imposer des "cessions" aux trois compagnies, estimant qu'en l'état, leur projet nuisait à la concurrence sur certains trajets transatlantiques.

Mais il estime que lever l'immunité anti-trust de Oneworld permettra en fait "d'accroître la concurrence dans le monde en créant un concurrent aux alliances Star Alliance et SkyTeam, à qui l'immunité antitrust a déjà été accordée".

Le ciel mondial se structure en trois grandes alliances: Oneworld, établie en 1999 autour de British Airways, Star Alliance créée en 1997 autour de Lufthansa et SkyTeam, la dernière née lancée en 2000 autour d'Air France.

Les consommateurs les connaissent surtout pour leurs programmes de fidélité, qui leur permettent de collecter des points à chaque voyage avec la promesse à terme de billets gratuits.

Pour les compagnies, participer à une alliance signifie aussi des horaires adaptés pour faciliter les correspondances avec des vols de partenaires, ou du "partage de code", la possibilité de vendre des sièges à son nom dans des avions d'autres transporteurs.

Après celui des autorités américaines, l'alliance Oneworld doit encore obtenir celui de la Commission européenne qui a ouvert en avril une enquête formelle sur ce projet de coopération renforcée sur les vols transatlantiques.

Pour amadouer Bruxelles, British Airways, American Airlines et Iberia lui ont fait début février des propositions qui n'ont pas été rendues publiques.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.