Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Cellou Dalein Diallo chef de l'opposition est l'invité du Journal de l'Afrique

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Royaume-Uni - Brexit : Quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Projet d'accord sur le Brexit : Theresa May, une première ministre bien isolée

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'avenir incertain de la démocratie libérale

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans le nord, sur la route de l’Art déco

En savoir plus

TECH 24

Audrey Tang, la hackeuse taïwanaise devenue ministre

En savoir plus

EUROPE

La collision entre deux trains près de Bruxelles a fait au moins 18 morts

Vidéo par Karim HAKIKI , Rabah ZANOUN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/02/2010

Deux trains sont entrés en collision lundi matin à Hal, à une quinzaine de kilomètres de Bruxelles, faisant au moins 18 morts et 95 blessés. Le trafic ferroviaire entre la France et la Belgique restera suspendu ce mardi.

Info victimes : 0032 (0) 2.365.94.25.

AFP - Une collision entre deux trains de voyageurs lundi près d'une gare de banlieue de Bruxelles a fait 18 morts et 95 blessés, selon un bilan officiel et quasi-définitif de ce qui apparaît comme la plus grave catastrophe ferroviaire en Belgique depuis 1974.

FOCUS : Les hypothèses du crash ferroviaire

L'accident s'est produit vers 08H30 (07H30 GMT) en pleine heure de pointe, près de Hal, en Flandre, alors que la neige tombait, lorsqu'un train venant de Louvain, en Flandre, et se dirigeant vers Braine-le-Comte en a percuté un autre qui assurait la liaison Quiévrain-Liège.

Les deux convois transportaient de 250 à 300 voyageurs, selon la Société nationale des chemins de fer belges SNCB.

"Pour des raisons encore inconnues, les deux trains sont entrés en collision latérale à hauteur d'un aiguillage à la sortie de la gare de Hal vers Bruxelles", ont précisé en soirée, dans un communiqué conjoint, la SNCB et la société Infrabel, le gestionnaire du réseau ferré belge.

La SNCB et Infrabel ont indiqué que le bilan de cette catastrophe était de 18 morts et 95 blessés "graves et légers".

Les secouristes ont retiré les corps de quinze hommes et trois femmes, avait précisé un peu plus tôt le gouverneur de la province du Brabant flamand, Lodewijk De Witte.

Un enfant figure parmi les blessés ainsi que deux ressortissants français, a-t-il dit.

A la suite de cet accident, le trafic des trains internationaux Eurostar et Thalys a été interrompu en direction et à destination de Bruxelles et devait le rester mardi.

Historique des incidents ferroviaires en Belgique

Sous la violence du télescopage, les deux motrices - dont l'une surchargée de tags aux couleurs vives - se sont encastrées et soulevées l'une face à l'autre. Leurs attelages de roues se sont désolidarisés du reste et gisent sur le côté.

Des wagons se sont aussi couchés sur le flanc.

Les opérations de secours ont pris fin à la tombée de la nuit sans que de nouveaux corps aient été découverts.

"Il n'y a vraisemblablement plus de victimes dans les trains", a dit une porte-parole du centre de crise, Anja De Wolf. "Mais il y a peut-être encore des corps coincés sous les wagons", a-t-elle ajouté.

La Croix-Rouge belge a lancé un appel à des dons de sang.

L'émotion a été très vive dans le pays, affecté encore tout récemment - le 27 janvier - par une autre catastrophe, lorsqu'une explosion de gaz à Liège a soufflé un immeuble et fait 14 morts.

Le roi des Belges Albert II a interrompu ses vacances dans le sud de la France et s'est rendu sur place en fin d'après-midi. Il était accompagné du Premier ministre Yves Leterme qui a également interrompu une visite officielle au Kosovo.

"La lumière sera faite sur les circonstances de l'accident", a ensuite affirmé M. Leterme au cours d'une conférence de presse. Il a parlé d'une "journée horrible" pour la Belgique.

Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de la catastrophe mais, selon M. De Witte, un des trains n'a pas respecté un signal d'arrêt et a percuté l'autre train, à grande vitesse.

La ligne où s'est produite la collision est équipée d'un système de sécurité destiné à immobiliser les trains automatiquement quand le signal devient rouge. Mais un des trains accidentés n'était pas équipé de ce système, a reconnu Luc Lallemand, administrateur délégué d'Infrabel, le gestionnaire du réseau ferroviaire belge.

A la question de savoir si l'accident aurait été évité si le système de freinage avait été installé sur les deux convois, M. Lallemand a répondu: "oui".

Ce système devrait être installé sur l'ensemble du réseau et des trains d'ici 2013.

Les trains accidentés ne seront pas dégagés des voies avant deux ou trois jours pour les besoins de l'enquête, a précisé le parquet de Bruxelles.

La SNCB et Infrabel ont précisé qu'il faudra "au minimum trois jours" pour dégager les voies après le feu vert du parquet.

 

Première publication : 16/02/2010

  • BELGIQUE

    Les premières photos de la collision mortelle de trains près de Bruxelles

    En savoir plus