Accéder au contenu principal

Trois morts dans l'accident d'un bus scolaire français en Toscane

Le bus d'un collège de Bordeaux s'est renversé en Toscane, tuant trois personnes dont un enfant de 13 ans. L'enquête de la police italienne s'oriente vers un malaise du chauffeur ou la fatigue.

Publicité

AFP - Trois Français, dont un enfant de 13 ans, sont morts et quatre autres personnes ont été blessées mardi en Toscane, dans le nord de l'Italie, lorsque l'autocar à bord duquel ils se trouvaient s'est renversé, ont indiqué des secouristes.

Les deux autres morts sont un chauffeur et un des enseignants qui accompagnaient un groupe d'élèves français en voyage en Italie, selon la même source.

"Deux adultes et un enfant de 13 ans, tous Français, sont morts", a confirmé à l'AFP un membre de la police routière de Viareggio, sur la côte toscane.

Interrogée par l'AFP, l'ambassade de France en Italie n'a pas souhaité donner d'informations, estimant ne pas disposer de suffisamment d'éléments et préférant attendre de contacter les familles.

Selon les premières informations, 59 personnes -- chauffeurs, enseignants et élèves -- se trouvaient à bord de cet autocar parti de Bordeaux, dans le sud-ouest de la France, pour ce voyage.

Le véhicule se rendait à Florence, en Toscane, quand il s'est renversé pour une raison inconnue sur le bas-côté de l'autoroute près de la sortie menant à Massa. Selon des médias italiens, il est tombé dans un ravin de 4 mètres de profondeur et s'est retourné sur le toit.

L'autocar est immatriculé en Dordogne et appartient à la société Les Cars Magne, selon un photographe de l'AFP.

Le groupe composé de 52 enfants, 5 enseignants et 2 conducteurs, provenait du collège Notre-Dame de Ribérac à Bordeaux, a rapporté l'agence Ansa.

Les rescapés ont été accueillis dans une structure hôtelière à Marina di Massa où ils sont interrogés sur les circonstances de l'accident par les policiers. Une cellule composée de psychologues et d'interprètes a été mise en place par la préfecture de Massa Carrara.

Une enquête de la police routière italienne sur les causes de l'accident est en cours, les policiers envisageant un malaise du chauffeur ou un coup de sommeil de ce dernier.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.