Accéder au contenu principal

La justice française statue sur l’extradition d’un Iranien vers les États-Unis

La Cour d'appel de Paris rend sa décision concernant l'extradition vers les États-Unis d'un ingénieur iranien. Une affaire qui pourrait avoir des répercussions sur le sort de la Française Clotilde Reiss, toujours retenue à Téhéran.

Publicité

Une affaire judicaire vient, de nouveau, assombrir les relations diplomatiques entre Paris et Téhéran. La Cour d’appel de Paris se prononce, ce mercredi, sur la demande d’extradition par Washington d'un ingénieur iranien, Majid Kakavand, accusé par la justice américaine d'avoir violé l'embargo commercial entre les États-Unis et l'Iran.

Arrêté en mars 2009 à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle à Paris, il a passé cinq mois en prison avant d’être placé sous contrôle judicaire en France. Les États-Unis demandent son extradition pour avoir acheté sur Internet des produits électroniques à des sociétés américaines, violant ainsi l'embargo commercial.

Cette affaire n’avait pas particulièrement retenu l’attention des autorités françaises et iraniennes jusqu’à l’arrestation de Clotilde Reiss, le 1er juillet dernier en Iran. Accusée d’avoir participé à des manifestations et pris des photos, la jeune universitaire française est en liberté surveillée à l’ambassade de France à Téhéran, où elle attend toujours l’issue de son procès, dont la dernière audience s’est tenue le 16 janvier dernier.

"La justice iranienne tarde à rendre sa décision dans l’affaire Clotilde Reiss, peut-être attend-elle de voir comment le cas Majid Kakavand va être réglé en France avant de prendre une décision" s’interroge Marion Gaudin, qui couvre pour France 24 le procès de l’ingénieur iranien depuis la Cour d’appel de Paris.

Les destins des deux prévenus semblent désormais liés aux tensions diplomatiques entre Paris et Téhéran. Ils se retrouvent malgré eux au milieu d’un imbroglio politico-judiciaire, fait de déclarations menaçantes et d’accusations. Les autorités iraniennes ont ainsi réclamé en décembre 2009 la libération de Najid Kakavand, mettant en cause la France, qui selon elles, "agit sous la pression de Etats-Unis".

Les tractations entre les deux pays ne devraient cependant pas avoir d’influence sur la justice française qui doit rendre ce mercredi une décision strictement judicaire. "La juge française ne va évidemment pas prendre en compte l’aspect diplomatique", estime Marion Gaudin.

Le verdict rendu par la Cour d’appel de Paris va être suivi avec attention à Paris et à Téhéran. S’il est extradé vers les Etats-Unis, Majid Kakavand risque jusqu’à 20 ans de réclusion.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.