BANQUES

La Société Générale va verser 250 millions d'euros de bonus en 2010

La Société Générale, deuxième banque française, va distribuer 250 millions d'euros de bonus au titre de l'année 2009, après avoir enregistré un bénéfice annuel de 678 millions d'euros l'an dernier.

Publicité

AFP - La Société Générale versera 250 millions d'euros de bonus à ses opérateurs de marché en 2010 au titre de 2009, a indiqué jeudi le PDG Frédéric Oudéa, alors que la banque a enregistré un bénéfice annuel de 678 millions d'euros l'an dernier.

"Le montant qui sera versé à nos opérateurs de marché en 2010 au titre l'année 2009, c'est 250 millions d'euros", a déclaré M. Oudéa sur la radio BFM, alors que les bonus sont vivement critiqués depuis que l'Etat a annoncé en 2008 des prêts aux banques françaises pour les aider à sortir de la crise.

Société Générale a précisé, dans le communiqué de présentation des résultats, que "les surtaxes sur rémunérations variables sont déduites de ces enveloppes".

La taxe exceptionnelle, imposée par le gouvernement, de 50% pour la partie des bonus supérieure à 27.500 euros ne sera donc pas supportée par la banque mais par ses opérateurs de marché.

Société Générale a précisé qu'en moyenne 55% des rémunérations variables seront différées sur les trois exercices suivants.

Cette partie différée peut faire l'objet de reprises, voire d'"annulation complète", en fonction de critères de performance et a vocation à n'être versée qu'en actions (ou instruments indexés sur le titre Société Générale).

Cela signifie qu'outre les 250 millions versés en 2010, environ 300 millions d'euros pourront être versés en 2011, 2012 et 2013 au titre des exercices 2010, 2011 et 2012, sous réserve du respect des critères de performance.

M. Oudéa a souligné que sa banque "a fait le choix de la place de Paris" pour ses équipes de marché, avec 60% de ses effectifs de banque de financement et d'investissement situés dans la capitale française, soit "6.000 emplois directs".

"C'est une chance pour la France, c'est une chance pour Paris et en plus elle contribue au budget de l'Etat", notamment au travers des cotisations sociales, a-t-il soutenu.

Pour M. Oudéa, "la Société Générale a payé la crise et ses erreurs du passé et nous en avons tiré les leçons".

Société Générale a vu son bénéfice net divisé par trois en 2009 à 678 millions d'euros, un résultat néanmoins supérieur aux attentes des analystes, pour partie soutenu par ses activités de marché.

Le grand concurrent de la Société Générale, BNP Paribas, a annoncé mercredi qu'il verserait 500 millions d'euros de bonus à ses 4.000 traders en 2010 au titre de 2009.

Le même montant a été différé sur les trois exercices suivants. Ces 500 millions d'euros supplémentaires, prévus sous forme d'actions, ne seront toutefois pas versés si les résultats sont négatifs en 2010, 2011 et 2012.

Lors de la crise financière, l'Etat a soutenu les banques françaises en injectant 21,3 milliards d'euros pour renforcer leurs fonds propres sous forme de prêts remboursables, assortis d'intérêts. En contrepartie, les banques s'étaient engagées à soutenir l'économie, en continuant d'accorder des crédits aux ménages et aux entreprises.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine