Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

La traque des opposants burundais se poursuit jusqu'au Kenya

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Espionnage en Afrique : une concurrence féroce

En savoir plus

FACE À FACE

Affaire Benalla : 5 mois de feuilleton politique

En savoir plus

L’invité du jour

Sebastian Copeland : "Les régions polaires nous lancent le cri d’alarme"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L’économie chinoise peut-elle résister à la guerre commerciale ?

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Avion russe abattu en Syrie : "un tragique concours de circonstances"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le repas luxueux de Maduro chez "Salt Bae" a un goût amer pour les Vénézuéliens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La star marocaine Saad Lemjarred placée en détention

En savoir plus

LE DÉBAT

Plan "ma santé 2022" en France : urgence à l'hôpital ?

En savoir plus

Afrique

Nicolas Sarkozy apporte son soutien au Gabon d'Ali Bongo

Vidéo par Carlotta RANIERI , Céline MISSOFFE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/02/2010

En visite au Gabon, Nicolas Sarkozy a apporté son soutien au nouveau chef de l'État gabonais, Ali Bongo, tout en démentant qu’il ait été le "candidat" de la France lors la présidentielle d’août dernier.

AFP - Le président français Nicolas Sarkozy a promis mercredi à Libreville à son homologue gabonais Ali Bongo le soutien de la France à sa politique de développement, mais a démenti catégoriquement que le fils d'Omar Bongo ait été le "candidat" de la France.

"Votre projet un Gabon prospère, créateur d'emplois et de richesses, un Gabon plus juste (...) dans lequel les fruits de la croissance seraient mieux répartis, ce projet-là la France sera à vos côtés pour vous aider totalement et complètement", a déclaré M. Sarkozy lors d'un discours.

"J'ai grande confiance dans votre président, mais je défie quiconque de pouvoir démontrer que la France avait un candidat dans l'élection présidentielle", a-t-il tenu à ajouter: "ceux qui qui disent cela ne connaissent pas l'Afrique et ne connaissent pas la France".

Les rivaux du fils d'Omar Bongo lors de la présidentielle contestée d'août dernier ont accusé la France de le soutenir. Nicolas Sarkozy devait recevoir les chefs de l'opposition mercredi plus tard dans l'après-midi.

Lors de son allocution, le président français a longuement plaidé devant Ali Bongo pour la rénovation du partenariat franco-gabonais, afin de "refonder, dépoussiérer" ces liens, avec "moins de mauvaises habitudes, des projets plus concrets, une amitié privilégiée".

"La France comme le Gabon ont diversifié leurs partenaires (...) il n'existe plus de pré carré et je ne le regrette pas", a-t-il plaidé. "Ce sont des conceptions d'un autre temps, il y a des relations objectives de refonder une relation privilégiée entre nos deux pays", a ajouté M. Sarkozy.

Première publication : 24/02/2010

  • RWANDA

    Sarkozy se rend à Kigali pour tenter de tourner la page

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)