Accéder au contenu principal

La Cour suprême confirme la détention d'Aung San Suu Kyi

La Cour suprême de Birmanie a rejeté vendredi l'appel de la chef de file de l'opposition, Aung San Suu Kyi, condamnée en août dernier à 18 mois supplémentaires d'assignation à résidence.

Publicité

AFP - La cour suprême de Birmanie a maintenu vendredi en détention l'opposante Aung San Suu Kyi, en confirmant sa condamnation à 18 mois supplémentaires d'assignation à résidence, prononcée en août dernier, a-t-on appris de source officielle.

Les magistrats ont rejeté le recours de ses avocats, qui soulevaient notamment des arguments constitutionnels. "L'appel a été rejeté", a indiqué de façon laconique un responsable birman sous couvert de l'anonymat.

La lauréate du prix Nobel de la paix, 64 ans, avait été condamnée à trois ans de réclusion et de travaux forcés pour avoir brièvement hébergé un Américain qui avait réussi à nager jusqu'à son domicile, situé sur les rives d'un lac.

La sanction avait été immédiatement commuée en une prolongation de sa résidence surveillée, puis confirmée en appel en octobre.

Les avocats de la dissidente ont désormais comme recours d'en appeler directement au président de la cour suprême, plus haute autorité judiciaire du pays.

La sanction exclut la "Dame de Rangoun" du paysage politique pour les élections prévues cette année par la junte. Aung San Suu Kyi a passé plus de 14 des 20 dernières années en prison.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.