Accéder au contenu principal
DUBAÏGATE

Deux Britanniques enquêtent en Israël sur l'utilisation frauduleuse de passeports

Texte par : Dépêche
3 min

Deux policiers britanniques ont interrogé, en Israël, les six détenteurs de passeports britanniques utilisés pour le meurtre d'un haut responsable du Hamas à Dubaï. La police émiratie pointe le Mossad du doigt.

Publicité

AFP - Deux policiers britanniques sont en Israël pour interroger des détenteurs de passeports britanniques dont les identités ont été utilisées pour l'assassinat d'un cadre du Hamas à Dubaï, a-t-on appris samedi auprès de l'ambassade à Tel-Aviv.

"Deux policiers britanniques sont arrivés il y a quelques jours pour interroger des détenteurs de passeports britanniques sur l'usage de faux passeports" portant leur identité dans cette affaire, a indiqué à l'AFP le porte-parole de l'ambassade, Rafi Shamir.

La police israélienne "a été avertie de leur venue", a-t-il ajouté, précisant que les enquêteurs appartiennent à un département de la police chargé du "crime organisé".

Les enquêteurs doivent commencer à interroger une dizaine de détenteurs de passeports du Royaume-Uni, résidant en Israël, selon cette source.
   

Le déroulé de la journée de l'assassinat de Mahmoud al-Mabhouh

Mahmoud al-Mabhouh, considéré par Israël comme un maillon clé de la contrebande d'armes à destination de la bande de Gaza contrôlée par le mouvement islamiste palestinien Hamas, a été retrouvé mort le 20 janvier dans un hôtel de Dubaï.

La police de la ville-Emirat accuse un commando du Mossad, le service de renseignement israélien, d'avoir commis cet assassinat.

Sur les 26 membres présumés du commando identifiés par la police, 12 sont porteurs de passeports britanniques. La police a précisé que tous les passeports étaient authentiques et que les suspects en avaient fait une utilisation frauduleuse par usurpation d'identité.

Selon la presse israélienne, qui laisse entendre que le meurtre a été effectivement commis par le Mossad, le commando aurait usurpé l'identité d'au moins sept Israéliens détenteurs de nationalités étrangères.

Un porte-parole du Foreign Office a annoncé mercredi qu'il "s'efforçait d'entrer en contact avec tous les individus" dont l'identité aurait été usurpée et "de leur offrir une assistance consulaire".

Lundi, le chef de la diplomatie britannique, David Miliband, s'était engagé à aller "jusqu'au fond des choses" dans l'enquête sur l'utilisation de passeports du Royaume-Uni et avait demandé la coopération d'Israël "au plus haut niveau".

Les responsables israéliens affirment quant à eux que rien ne prouve l'implication de leur service secret dans l'assassinat.

Le chef de la police de Dubaï a exhorté samedi le patron du Mossad, Meir Dagan, à reconnaître la responsabilité de son service dans le meurtre de Mabhouh.

"Meir Dagan, le chef (du Mossad), se doit d'admettre son crime (...) ou d'apporter un démenti catégorique à l'implication de son service. Mais son attitude actuelle témoigne de sa peur. Qu'il s'assume, en homme", a déclaré le général Dhahi Khalfan dans le quotidien Emarat Al-Youm, organe du gouvernement local de Dubaï.

"Ce qui est sûr jusqu'à présent, c'est que la plupart des meurtriers dont les noms ont été annoncés (...) se trouvent en Israël", a souligné le général Khalfan dans Al-Khaleej, un autre quotidien émirati.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.