Accéder au contenu principal
Dans la presse

Qui est le Panchen Lama ?

Les JO d'hiver s'achèvent dans une bouffée de fierté pour les Canadiens. Pour les Russes, c'est plutôt le soupe à la grimace, tandis que les Chinois, bien loin des considérations sportives, sortent leur "arme anti-dalaï-lama", le Panchen Lama.

Publicité

On commence avec "le triomphe d’une Nation". C’est le titre à la une du journal canadien Globe and Mail.  Après 17 jours remarquables le Canada a redécouvert à l'occasion des JO d'hiver  le sentiment de fierté. Uni dans la tragédie, la victoire, la frustration et la célébration. Le pays a dépassé les toutes les attentes. 

Par contre côté Russe c’est la soupe à la grimace. Le Moscow Times parle de véritable "chasse aux sorcières". Le président russe a exigé la démission des responsables sportifs de l’équipe nationale.
La Russie n’a obtenu qu’une médiocre 6eme place avec 15 médailles dont 3 en or.
Le coach de l’équipe de Hockey dit craindre d’être guillotiné sur la place rouge tellement les attaques ont été virulentes contre l’encadrement russe.
 

En Chine dans l’ombre du Dalai Lama les autorités de Pékin tentent de promouvoir le Panchen Lama. C’est à lire dans le quotidien britannique The Independent

Le Panchen Lama est le deuxième plus haut dignitaire tibétain derrière le Dalai Lama.
En 1995 le Dalai Lama avait désigné un jeune enfant comme Panchen Lama. Mais il aurait disparu. Il serait en résidence surveillé. Certaines organisations de défense des droits de l'homme le qualifient de "plus jeune prisonnier politique du monde". Il n'a pas été vu en public depuis 1995, lorsqu'il avait 6 ans.

Une fois l’enfant choisi par le Dalai Lama écarté les Chinois ont choisi ce jeune homme Gyaltsen Norbu  Aujourd’hui ils veulent l’utiliser dans leur offensive médiatico-politique contre le Dalai Lama qu’il considère comme un "dangereux séparatiste".

 

La visite de Jacob Zuma occupe une bonne part de la presse britannique notamment le Guardian. Zuma une personnalité controversée. Un populiste qui a du faire face à des accusations de viol et de corruption. Mais la Reine  en a vu d’autres. Le Guardian évoque les chefs d’états sulfureux qui sont passés du côté de Buckingham Palace. Le dicateur Nicolae Caucescu en 1978 ou le chinois Jang Zemmin en 1999

La visite de Zuma est aussi dans le Daily Mail mais le journal britannique dépasse les bornes. Le quotidien présente Jacob Zuma comme "un obsédé sexuel avec 5 femmes et 35 enfants". Alors "pourquoi le Royaume Uni s’abaisse à recevoir ce vil bouffon ?"
Le journal ne fait ni dans le mesure ni dans la finesse.

 

A lire également :

International Herald Tribune : Une journée sans immigrés en Italie

International herald Tribune : Les réfugiés de l'école allemande

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.