Accéder au contenu principal
PORTUGAL

Lisbonne prépare une cure d'austérité pour éviter le sort de la Grèce

Texte par : Dépêche
2 min

Le Portugal, dont la dette publique fait craindre une crise "à la grecque", annonce qu'il va soumettre son économie à un plan d'austérité afin de ramener son déficit à 2,8% en 2013, contre 8,3% aujourd'hui.

Publicité

REUTERS - Le Portugal prévoit de réduire d'ici 2013 son déficit budgétaire au-dessous de la barre des 3% du PIB fixée par l'Union européenne en réduisant l'investissement et en gelant les salaires des fonctionnaires, montre un projet du programme de stabilité et de croissance 2010-2013 préparé par Lisbonne.

L'objectif est d'atteindre une réduction du déficit à 2,8% du produit intérieur brut en 2013, contre 8,3% cette année, notamment en augmentant les impôts sur les hauts revenus et sur les produits des valeurs mobilières.

La réduction des dépenses comptera pour environ la moitié des mesures d'austérité et les gains sur les recettes pour environ 15%. Le gouvernement table également sur la reprise économique pour atteindre l'objectif visé.

Selon le document, l'économie portugaise, qui s'est contractée de 2,7% l'année dernière, devrait croître de 0,7% cette année, de 0,9% en 2011, de 1,3% en 2012 et de 1,7% en 2013.

Le plan prévoit une réduction du déficit budgétaire à 6,6% du PIB l'année prochaine, à 4,7% en 2012, avant d'atteindre l'objectif de l'UE sous 3% l'année suivante.

Estimée à 85,4% du PIB cette année, la dette publique devrait quant à elle s'élever à 90,1% du PIB en 2012, avant de retomber à 89,3% en 2013.

Le gouvernement espère lever 6 milliards d'euros sur cette même période grâce à la cession de participations de l'Etat dans des sociétés et à des privatisations, à hauteur de 1,2 milliard d'euros pour l'année 2010.

Les traitements des fonctionnaires ne seront pas revalorisés plus que l'inflation jusqu'en 2013 et seul un poste sur deux sera remplacé dans la fonction publique.

L'investissement public devrait passer de 4,9% du PIB l'année dernière à 2,9% en 2013. Dans le secteur de la défense, il sera ainsi réduit de 40%. La construction d'un train à grande vitesse entre Lisbonne, Porto et Vigo, en Espagne, sera ajournée. Les dépenses sociales et de santé feront également l'objet de mesures d'économies.

Le gouvernement a invité lundi l'opposition, les syndicats et les dirigeants du monde économique à discuter de ce plan d'austérité qui doit être présenté à Bruxelles avant la fin du mois. L'objectif est de convaincre les marchés que le Portugal est capable de maîtriser son déficit et sa dette, à l'heure où les investisseurs craignent que le Portugal affronte les mêmes difficultés budgétaires que la Grèce.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.