Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Disparition de Jamal Khashoogi : menaces sur la presse

En savoir plus

POLITIQUE

Perquisitions visant J-L. Mélenchon : Le leader de la france Insoumise en fait-il trop?

En savoir plus

FOCUS

Les Bosniens s'organisent face à l'afflux de migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Galveston" : l’échappée américaine de Mélanie Laurent

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Arabie Saoudite : les conflits d'intérêt de Donald Trump

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Objectif "Faim zéro" : Lambert Wilson décrit son nouveau combat

En savoir plus

L’invité du jour

Parents grâce à la GPA : "Nous ne sommes pas des familles différentes"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Allemagne : Angela Merkel à l'offensive pour sauver l'économie

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Jamal Khashoggi : "Ce dont le monde arabe a le plus besoin, c'est de la liberté d'expression"

En savoir plus

Asie - pacifique

La loi oblige la LND à exclure sa présidente, l'opposante Aung San Suu Kyi

Vidéo par Cyril PAYEN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/03/2010

Selon la nouvelle législation promue par la junte en vue des élections législatives, quiconque purge une peine de prison ne peut appartenir à un parti, ce qui signifie que la LND doit exclure sa présidente Aung San Suu Kyi

AFP - La nouvelle législation en Birmanie oblige la Ligue nationale pour la démocratie (LND) à exclure sa présidente, l'opposante Aung San Suu Kyi, a affirmé mercredi à l'AFP un porte-parole du parti.

Le pouvoir militaire a promulgué lundi cinq textes de lois relatifs à la tenue d'élections législatives dans les mois à venir, les premières dans le pays depuis 1990, mais leur contenu n'était révélé que progressivement dans les médias.

"J'ai constaté que nous devions expulser Mme Suu. Leur attitude est très claire dans la loi", a indiqué Nyan Win, porte-parole de la LND à l'AFP.

La loi sur l'enregistrement des partis politiques stipule notamment que quiconque purge une peine de prison ne peut appartenir à un parti. Mme Suu Kyi purge actuellement une peine de 18 mois d'assignation à résidence.

Les dernières élections il y a vingt ans avaient été remportées par la LND qui n'a cependant jamais été autorisée à exercer le pouvoir. La dissidente a, depuis, passé plus de 14 ans privée de liberté.
 

Première publication : 10/03/2010

COMMENTAIRE(S)