Accéder au contenu principal
ITALIE

Des dizaines de milliers de manifestants anti-Berlusconi défilent à Rome

Texte par : Dépêche
2 min

Emmitoufflées dans des écharpes violettes, des dizaines de milliers de personnes ont répondu à l'appel de l'opposition de manifester contre la politique de Silvio Berlusconi, à quelques jours des élections régionales les 28 et 29 mars.

Publicité

AFP - Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté contre le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi, à l'appel des partis de l'opposition, samedi à Rome, a constaté une journaliste de l'AFP.

La Piazza del Popolo (Place du Peuple), lieu traditionnel de manifestation pour l'opposition, était noire de monde - 200.000 personnes selon les organisateurs.

La foule arborait des ballons de diverses couleurs: les nationales pour le Parti démocratique (PD, principale formation de l'opposition) de Pierluigi Bersani, rouges pour la CGIL (le principal syndicat), blancs pour l'Italie des Valeurs (IDV) de l'ancien juge anti-corruption Antonio Di Pietro.

De nombreux jeunes étaient emmitouflés dans des écharpes violettes, la couleur des anti Berlusconi.

Beaucoup de pancartes proclamant "Basta" ("Assez") étaient brandies. Plus original, un manifestant avait écrit: "Electeurs du PDL (le parti de Berlusconi), votez Ali Baba, au moins vous savez que les voleurs ne sont que 40".

Dans ce pays où le football est roi, certains s'étaient aussi découvert une passion pour l'équipe du Manchester United, qui a battu mercredi à plates coutures l'AC Milan de Berlusconi et encourageaient: "Allez Manchester".

Lors des régionales des 28 et 29 mars, "nous dirons qu'une autre Italie est possible, nous combattrons Berlusconi", a lancé M. Bersani pour qui "Berlusconi ne peut plus parler au futur de notre pays".

"L'agenda de ce pays est dans les mains d'un seul qui fait des lois pour lui et les siens", a-t-il dénoncé, appelant à "mettre le travail, l'école et la santé au centre de (la) campagne régionale". "Tenons sur nos valeurs", a-t-il ajouté.

La manifestation entendait protester contre un décret que le président du Conseil a fait adopter pour remédier au "véritable cafouillage", selon les termes du président de la République Giorgio Napolitano, auquel a donné lieu l'enregistrement des listes de son parti aux régionales dans le Latium (région de Rome) et en Lombardie.

Les deux candidats, Renata Polverini et Roberto Formigoni, ont été finalement réadmis, mais pas une liste complémentaire PDL à Rome.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.