Accéder au contenu principal

Les "chemises rouges" exigent de négocier exclusivement avec le Premier ministre

Les manifestants pro-Thaksin, qui réclament la dissolution du Parlement, ont décliné la réunion prévue lundi avec un ministre du gouvernement, exigeant de ne parler qu'avec le Premier ministre Abhisit Vejjajiva (photo).

Publicité

AFP - Les manifestants qui réclament depuis une semaine la chute du Premier ministre thaïlandais ont nié samedi s'être mis d'accord sur une réunion de négociation prévue lundi avec des cadres du gouvernement, affirmant qu'ils ne discuteraient qu'avec Abhisit Vejjajiva.

Abhisit avait indiqué en fin de journée qu'une rencontre lundi réunirait deux cadres de son équipe rapprochée, dont un ministre, et deux responsables subalterne des "chemises rouges", partisans de l'ex-Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra.

Mais Jatuporn Prompan, l'un des principaux leaders du groupe, a affirmé quelques heures plus tard que cette réunion n'aurait pas lieu avec ces participants.

"Après en avoir discuté ensemble, nous sommes arrivés à la conclusion que nous ne parlerons (...) qu'à Abhisit", a-t-il expliqué aux manifestants. "Si vous me demandez ce qui passera si Abhisit n'est pas d'accord, je réponds que ça dépend de lui".

Selon la police, quelque 65.000 "chemises rouges" pro-Thaksin, mouvement essentiellement composé des masses rurales du nord et du nord-est du pays, ont arpenté les rues de la capitale samedi.

Les responsables des "rouges" veulent gagner à leur cause les classes moyennes de Bangkok, contre les élites traditionnelles du pays que représente, selon eux, Abhisit.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.