Accéder au contenu principal

Pékin et Moscou font discrètement pression sur Téhéran

La Chine et la Russie, jusqu'alors opposées à la politique de fermeté prônée par l'Occident, inciteraient Téhéran à répondre aux injonctions de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), selon des sources de l'ONU citées par Reuters.

Publicité

REUTERS - Pékin et Moscou ont discrètement fait pression sur l'Iran pour l'amener à revoir sa politique nucléaire et à accepter le compromis de l'agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), a-t-on appris mardi de sources diplomatiques occidentales aux Nations unies.

Des discussions ont eu lieu début mars à Téhéran, précise-t-on de même source, tout en saluant l'initiative de la Russie et de la Chine, deux membres permanents du Conseil de sécurité jugés hostiles à la fermeté prônée à l'Ouest.

"La Russie et la Chine ont effectué une démarche auprès de Téhéran pour essayer de faire changer la position des Iraniens sur le dossier nucléaire, en particulier au sujet du réacteur de Téhéran", a déclaré à Reuters un diplomate du Conseil de sécurité ayant requis l'anonymat.

"Russes et Chinois disaient que leur position dépendrait de la réponse iranienne à cette démarche", a-t-il ajouté, évoquant le quatrième train de sanctions internationales que les puissances occidentales s'efforcent de faire adopter.

"Les Russes ont dit n'avoir rien obtenu de la part des Iraniens", a expliqué un autre diplomate. "Les Chinois disent que les Iraniens leur ont demandé un peu de temps pour leur répondre. Mais ils n'ont finalement rien obtenu", a-t-il précisé.

"Avec les Cginois, on ne sait jamais"

La Russie cache de moins en moins son irritation depuis le rejet du compromis de l'AIEA qui proposait à la République islamique de transférer la majeure partie de son uranium faiblement enrichi à l'étranger pour en faire du combustible utilisable dans le réacteur de recherches de Téhéran, une formule à même de dissiper les soupçons occidentaux.

Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a déclaré vendredi à la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton que Moscou pourrait se prononcer pour une résolution infligeant de nouvelles sanctions à l'Iran.

Bien qu'elle ait, elle aussi, invité Téhéran à accepter le compromis de l'AIEA, la Chine reste en revanche opposée à cette perspective. Elle n'a toutefois pas réagi au projet de résolution que les Etats-Unis lui ont communiqué. Le document a également été remis à la Russie et aux pays européens représentés au Conseil de sécurité.

L'attitude de Pékin, qui refusait jusqu'ici d'entamer ce que les occidentaux nomment des "négociations substantielles" sur un nouveau train de sanctions, pourrait bien changer, dit-on à New York.

"Les Chinois ont finalement accepté de participer à une conférence cette semaine pour évoquer les sanctions", a ainsi déclaré un diplomate occidental. Cette conférence, à laquelle doivent assister les membres permanents du Conseil de sécurité et l'Allemagne, serait programmée ce mercredi.

"Les Iraniens n'ont pas donné suite aux démarches de la Chine et de la Russie, alors les Chinois ont peut-être admis que le moment était venu de parler sanctions", a expliqué un autre diplomate. Et d'ajouter: "Avec les Chinois, on ne sait jamais".

Quelle que soit leur décision, la résolution ne pourra vraisemblablement être adoptée avant juin, estime-t-on à l'Onu.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.