Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

MHD, le phénomène rap

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump se fait l'avocat de Brett Kavanaugh

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Guerre en Syrie - Idleb : accord Moscou-Ankara pour une "zone démilitarisée"

En savoir plus

TECH 24

Hacker les humains

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget 2019 : quels sacrifices ?

En savoir plus

REPORTERS

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le tournant ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Tiken Jah Fakoly

En savoir plus

#ActuElles

Maroc : les droits des femmes encore à conquérir

En savoir plus

EUROPE

Gordon Brown dévoile le programme électoral des travaillistes

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/04/2010

Le Parti travailliste de Gordon Brown a dévoilé un "manifeste" électoral fondé sur le soutien à la reprise économique. À moins d'un mois des législatives, le parti du Premier ministre britannique est distancé par les conservateurs dans les sondages.

REUTERS - Distancé dans les sondages par les conservateurs à moins d'un mois des législatives, le Parti travailliste de Gordon Brown a tenté lundi de reprendre la main en dévoilant un programme électoral fondé sur le soutien à la fragile reprise économique.

Le Premier ministre s'attelera le 6 mai à un défi qui serait sans précédent pour le Labour: une reconduire à la tête du gouvernement britannique pour un quatrième mandat consécutif.
 
"Je vous présente aujourd'hui un plan radical et réaliste pour la Grande-Bretagne qui commence par garantir la reprise et refonde la Grande-Bretagne en un pays plus juste, plus vert, plus responsable et plus prospère", a dit Gordon Brown.
 
Le programme détaillé lundi insiste sur la nécessité de ne pas fragiliser la reprise économique "par de téméraires réductions des dépenses publiques cette année".
Le Parti travailliste veut en outre contraindre les banques à accroître leurs capitaux propres et modifier les règles encadrant les prises de contrôle d'entreprises, qu'il souhaite faire approuver par les deux tiers de l'actionnariat et non plus à la majorité simple comme c'est le cas aujourd'hui.
 
"Nous continuerons de soutenir l'économie tant que la croissance restera fragile, respectant notre objectif d'augmentation de la dépense publique sur l'année à venir pour soutenir la reprise (...) Lorsque la reprise sera assurée, nous réduirons rapidement le déficit budgétaire", annonce le Labour.
 
Le parti entend réduire de moitié en quatre ans le déficit budgétaire - qui devrait excéder cette année les 11% du PIB - mais estime que les réductions de la dépense publique beaucoup plus rapides et profondes que prônent les conservateurs, dont le programme sera annoncé mardi, menacent de faire dérailler la reprise économique.
 
Sur le plan de la fiscalité, le parti au pouvoir depuis 1997 annonce qu'il n'augmentera pas les principaux taux de l'impôt sur les revenus et n'étendra pas le champ d'application de la TVA. Gordon Brown ne s'est pas engagé formellement à ne pas relever le taux de la TVA, actuellement de 17,5%. "Notre plan de réduction des déficits est chiffré, et il n'inclut pas une augmentation de la TVA", a-t-il cependant déclaré.
  
DÉBAT SUR L'ASSURANCE NATIONALE
 
Les sondages donnent les conservateurs de David Cameron en tête des intentions de vote mais leur avance - six points selon la dernière enquête réalisée par l'institut YouGov pour le Sun - pourrait être insuffisante pour obtenir la majorité à la Chambre des communes. La perspective plausible d'un Parlement sans majorité est un motif d'inquiétude pour les investisseurs.
 
Depuis l'ouverture officielle de la campagne électorale, la semaine dernière, les débats se sont focalisés sur le projet travailliste d'augmenter les cotisations sociales finançant la National Insurance (la caisse d'assurance nationale qui verse notamment les indemnités de chômage, les pensions de retraite ou les allocations familiales et de logement).
L'opposition conservatrice a rallié plusieurs dizaines de chefs d'entreprise contre ce projet.
 
"Nous avons décidé que nous augmenterions l'assurance nationale parce que c'est ainsi que nous finançons nos services de santé et nos services publics", a déclaré Gordon Brown.
 
Le Premier ministre aura de nouveau l'occasion de défendre son projet jeudi soir, lors du premier des trois débats télévisés de la campagne face à David Cameron et au leader des Libéraux démocrates, Nick Clegg.
 
Plus que son programme, c'est cet exercice, inédit dans la vie politique britannique, qui devrait jouer un rôle déterminant dans la campagne du dirigeant travailliste.
"De manière générale, l'électorat n'accordera sans doute pas un grand intérêt à ce manifeste. Les débats télévisés seront bien plus importants", souligne Alastair Newton, analyste politique chez Nomura.

Première publication : 12/04/2010

COMMENTAIRE(S)