UN BLEU DANS LE VISEUR

Patrice Evra, le Diable rouge qui cartonne

Tous les lundis sur france24.com, retrouvez l'actualité d'un joueur français pressenti pour disputer la Coupe du Monde de football en Afrique du Sud sous le maillot tricolore. Cette semaine : Patrice Evra en sauveur de Manchester United.

Publicité

Au terme d’un derby tendu entre Manchester United et Manchester City, samedi, lors de la 35e journée de la Premier League, le Mancunien Patrice Evra s’est rendu, encore une fois, indispensable.

A la 93e minute, alors que les deux équipes semblent se diriger vers un score vierge, les Mancuniens tentent le tout pour le tout. Dans une dernière action, partie d’un contre lancé par l’ancien Bordelais Gabriel Obertan, le ballon est porté vers l’avant par un Patrice Evra tout en puissance. L’ex-capitaine monégasque trouve la tête du vétéran Paul Scholes qui crucifie Shay Given, le gardien des Citizens. Comme au match aller, les hommes de Sir Alex Ferguson ont assommé leurs adversaires préférés dans les dernières minutes.

Cette victoire est d’autant plus importante que le titre est désormais jouable pour les Red Devils. Ces derniers, qui étaient à quatre longueurs du leader, profitent de la défaite du leader Chelsea (2-1 face à Tottenham) pour revenir à un seul point. Patrice Evra, sauveur de Manchester United ? En tout cas, l’ailier a remonté le niveau des joueurs de l’équipe de France qui n’ont pas spécialement brillé dans leur club respectif.

 

Les autres clubs en bref :

En Angleterre :

En face, l'entrée du Citizen Patrick Vieira (65e) a coïncidé avec la meilleure période de son équipe. Il est même passé tout près de prendre le meilleur de la tête sur Nemanja Vidic pour l'ouverture du score. Mais au final, il joue toujours aussi peu...

Dans les rangs des Blues (1-2), les trajectoires de Nicolas Anelka et de Florent Malouda s'inversent : le premier, entré à la 46e minute, n'a pas pesé à Tottenham, alors que le second, meilleur joueur du championnat en avril, a encore tenté de secouer son équipe avant de s'éteindre.

Enfin, aucun des Gunners n'a, à l'image du reste de l'équipe, fait étalage d'une grande sérénité à Wigan (2-3). Samir Nasri, Abou Diaby et Gaël Clichy ont bien commencé avant de rentrer dans le rang, permettant même à Charles N'Zogbia de fermer la marque ! Mention spéciale à leurs coéquipiers Bacary Sagna, confondant de faiblesse, et à William Gallas, indisponible jusqu'à la trêve et qu'Arsène Wenger semble vouloir pousser vers la sortie expliquant qu'il était "libre de signer" où il voulait.

En Allemagne :

Si le Bayern Munich a humilié Hanovre (7-0), samedi, et se rapproche du 22e titre de champion de son histoire, il le doit plus à Arjen Robben, auteur d'un triplé, qu'à Franck Ribéry dont le nom n'apparaît sur aucun des buts ! Peut-être avait-il la tête ailleurs…

En Espagne :

Thierry Henry, très peu utilisé lors des derniers matches du Barca, a eu droit à 35 minutes de jeu samedi lors du derby contre l'Espanyol. Son entrée, combinée à celle de Keita, a permis aux Blaugrana d'être plus à l'aise même si le capitaine des Bleus ne s'est pas montré dangereux devant le but adverse. Eric Abidal n'était pas convoqué même s'il s'est entraîné normalement en fin de semaine. Il pourrait revenir contre l'Inter Milan, mardi, en Ligue des champions.

Julien Escudé était titulaire avec le FC Séville et a eu très peu de travail contre un Sporting Gijon très timide, vite réduit à 10 et nettement battu (3-0). Remplaçant, Sébastien Squillaci n'est pas entré en jeu.

Lassana Diarra a remplacé Gago à la 70e, s'intégrant sans mal au collectif madrilène, qui avait le match bien en main face à Valence (2-0). Karim Benzema est entré à la place de Gonzalo Higuain pour les cinq dernières minutes et a eu par deux fois l'occasion de s'illustrer.

En France :

Avec Hugo Lloris, Jérémy Toulalan est le Bleu de France à s'être le mieux comporté au sein d

e la défense de l'OL, même si le gardien rhodanien a encaissé deux buts à Bordeaux. En revanche, Sidney Govou s'est montré en dessous de tout et a été privé d'une deuxième période par Claude Puel. Peut-être pour les mêmes raisons que Franck Ribéry…

En face, Alou Diarra et Yohann Gourcuff se sont à peine mis plus en valeur même si le meneur français a délivré le coup franc décisif à Marouane Chamakh pour l'ouverture du score.

A Boulogne, le Marseillais Steve Mandanda n'a pas eu grand chose à faire mais a encaissé un but.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine