Accéder au contenu principal
ISLANDE

Le volcan Eyjafjöll crache désormais plus de lave que de cendres

Texte par : Dépêche
2 min

Bonne nouvelle pour tous les passagers bloqués dans les aéroports : le volcan Eyjafjöll rejetterait de moins en moins de cendres, laissant entrevoir une éclaircie dans le trafic aérien international.

Publicité

REUTERS - Le volcan islandais Eyjafjöll, dont l'éruption jeudi a entraîné la paralysie d'une grande partie du trafic aérien européen, crache désormais plus de lave et moins de cendres, ont annoncé les spécialistes locaux, offrant ainsi une lueur d'espoir aux voyageurs aériens bloqués un peu partout.

Au début de l'éruption, les fumées du volcan avaient atteint 11.000 mètres d'altitude avant de se répandre sur une grande partie de l'Europe du Nord et du Centre, clouant au sol les avions de ligne dans de nombreux pays et prenant au piège leurs
passagers.

Le volcan a été ébranlé lundi par de nouvelles et fortes secousses, mais les savants estiment que son panache est redescendu à une altitude de 2.000 mètres. "La situation est à coup sûr meilleure que samedi", a déclaré Urdur Gudmundsdottir,
porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Un responsable du bureau métérologique local a déclaré que les cendres étaient sensiblement retombées et que la nature de l'éruption évoluait. "Nos caméras montrent qu'il n'y a plus beaucoup de cendres maintenant et principalement de la vapeur",
a-t-il précisé.

"La couleur de la vapeur est marron mais aussi blanche, ce qui ressemble plus à de l'évaporation d'eau."

Il reste toutefois un risque que de la roche en fusion provoque de nouvelles inflitrations de l'eau du glacier dans le cratère, entraînant de nouvelles explosions et un plus haut
niveau de production de cendres, a-t-il prévenu.

Mais l'apparence de la lave laisse penser que l'éruption entre dans une phase moins explosive. Cela impliquerait moins de cendres contenant de fines particules de verre et de roche susceptibles de se déplacer dans l'espace aérien européen.

Les prévisions météorologiques montrent qu'une évolution des vents pourrait pour la première fois diriger les cendres sur Reykjavik, situé à 210 km au nord-ouest du volcan. Les services de protection civile locaux se préparent à un telle éventualité.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.