Accéder au contenu principal
SOMALIE

Six pirates arrêtés après l'attaque d'un navire de l'armée française

Texte par : Dépêche
3 mn

Six pirates somaliens qui ont attaqué par erreur, dans la nuit de lundi à mardi, le navire ravitailleur "La Somme" de l'armée française ont été arrêtés par la force navale de l'Union européenne.

Publicité

AFP - Six pirates somaliens ont été arrêtés après avoir attaqué par erreur un navire de ravitaillement de la Marine de guerre française, la Somme, dans la nuit du 19 au 20 avril, a annoncé mercredi la force navale antipiraterie de l'Union européenne (UE), Atalante.

"Dans la nuit du 19 avril, à 400 milles marins au large de la Somalie, le navire de commandement et de ravitaillement français Somme a été attaqué par des pirates à bord de deux esquifs", a déclaré le quartier général d'Atalante dans un communiqué.

La lutte contre les pirates

"La Somme effectuait une mission de soutien à l'opération antipiraterie de l'UE Atalante, lorsqu'elle a été attaquée, les pirates qui ont fait feu sur l'unité de la Marine nationale l'ayant apparemment confondu avec un navire marchand", a-t-il expliqué.

Des tirs d'avertissement leur ont fait comprendre leur erreur, et les deux esquifs ont pris la fuite.

L'un d'entre eux a pu être rattrapé et arraisonné "avec quatre pirates à son bord". Au cours de cette chasse, la Somme a aussi intercepté "le bateau-mère, arrêtant deux personnes et confisquant le matériel d'assaut" qui se trouvait à bord.

Les six pirates et l'esquif saisi ont été embarqués sur la Somme. L'autre esquif a pu prendre la fuite tandis que le bateau-mère a été détruit.

C'est la deuxième fois que des pirates attaquent par erreur la Somme, dont les superstructures peuvent, surtout la nuit, la faire passer pour un navire civil. La première fois, le 7 octobre 2009, cinq d'entre eux avaient été interpellés et leur esquif capturé.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.