Accéder au contenu principal
Focus

Une démocratie sans mémoire

Le juge espagnol, Baltazar Garzon, risque d'être suspendu. C’est lui qui avait ordonné l'arrestation de l'ex-dictateur chilien Augusto Pinochet, qui a livré bataille contre l'ETA, contre l'administration américaine et Guantanamo. Il est aujourd’hui accusé d’abus de pouvoir pour avoir voulu enquêter sur les crimes du franquisme malgré la loi d'amnistie de 1977.

Publicité

L'un des plus célèbres magistrats du monde, Baltasar Garzon, est sur le point d'être suspendu par la plus haute instance pénale d'Espagne, le Tribunal Suprême.

Le "super juge" avait ordonné l'arrestation de l'ex-dictateur chilien Augusto Pinochet en 1998, livré bataille contre l'ETA, contre l'administration américaine et sa prison de Guantanamo, ou encore contre la deuxième banque d'Espagne accusée de blanchiment d'argent. 7 000 enquêtes au total… et basta! Après 22 ans d'exercice, il se retrouve aujourd'hui sur le banc des accusés.

Accusé de "prévarication" - c'est-à-dire d'abus de pouvoir - Garzon est accusé notamment d'avoir voulu enquêter sur les 114.000 disparus du franquisme. : En requalifiant en "crimes contre l'Humanité" les disparitions forcées de la Guerre civile (1936-1939) et de la dictature (1939-1975), il a voulu contourner la loi d'amnistie de 1977.

La plainte contre Garzon a été déposée par trois associations d'extrême droite, dont la Phalange espagnole. Il risque à présent dix à vingt ans d'interdiction d'exercer. L'affaire Garzon réveille les deux Espagne.

FRANCE 24 est allé à la rencontre des partisans et des détracteurs du juge Garzon : pourquoi cette enquête peut-elle faire tomber le magistrat espagnol le plus reconnu internationalement ? Pourquoi, aujourd'hui encore, est-il si difficile pour l'Espagne de se pencher sur la mémoire du franquisme ?

 

Avec :

  • Guy HERMET, professeur émérite à Sciences Po Paris, docteur Honoris Causa de l’université de Madrid
  • Adeline PERCEPT, correspondante de France 24 - En duplex de Madrid (Espagne)
     

Emission préparée par Kate Williams, Marie Billon et Patrick Lovett

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.