Accéder au contenu principal
Focus

Une violence ordinaire ?

Le meurtre d'Eugène Terre'Blanche, leader raciste du mouvement de résistance afrikaner, a ravivé les tensions en Afrique du Sud. 1300 meurtres de fermiers blancs ont eu lieu en dix ans, selon les chiffres officiels. Les employés des fermiers sont également touchés, qu'ils soient noirs ou blancs.

Publicité

Dans la famille Macintosh, il ne reste que le père. Les enfants ont quitté la ferme familiale de 1600 hectares et la mère refuse d’y habiter depuis qu’elle a été attaquée par un inconnu.  "Il l’avait poignardée dans l’épaule, pas gravement vous savez, c’était plus comme un coup, mais c’est quand même terrible !", explique Graham Macintosh.

Mais ce qui a sans doute encore plus traumatisée l’épouse de Graham, ce sont ses voisins assassinés les uns après les autres. Sept meurtres en dix ans dans un rayon de trente kilomètres. Et la série continue…

Graham nous emmène chez la voisine la plus proche, à un quart d’heure de route. Sa cousine vient d’être abattue lors d’un cambriolage. Le drame est d’autant plus difficile à supporter que cette dame a perdu son mari dans les mêmes circonstances. Un ancien employé est venu un jour frapper à la porte. C’était il y a deux ans.  "Il disait qu’il voulait juste de l’argent… Est-ce que c’est normal de venir avec une arme pour demander le l’argent ? Et de tuer quelqu’un de sang froid, comme ca, par derrière…", confie les larmes aux yeux Dorothy Green. Respecté par tous, David Green n’avait pourtant rien du stéréotype de l’agriculteur blanc raciste.

Deux fermiers sont tués chaque semaine. Pour la police sud africaine, ces meurtres ne sont dans l’ensemble ni politique ni raciaux. Les criminels s’attaquent simplement à des cibles plus faciles parce que plus âgées et plus isolées.

Pour apaiser les tensions, les autorités multiplient les enquêtes et rencontrent autant les fermiers que les employés agricoles. Elles tiennent à rectifier l’image du pays après le meurtre d’Eugene Terre’Blanche. " Il y a eu des choses qui ont été vraiment grossies et exagérées. Le fait par exemple qu’après le meurtre du leader de l’AWB certains médias étrangers on parle d’une guerre raciale qui menace l’Afrique du sud, il n’y a rien franchement de plus faux !", assure Nathi Mthethwa, ministre de la police.

 

Emission préparée par Kate Williams, Molly Hall et Charlotte Oberti.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.