Accéder au contenu principal

L'armée française reconnaît avoir tué par accident quatre civils afghans

L'armée française a admis avoir tué accidentellement quatre civils afghans au cours d'une opération menée contre des insurgés, le 6 avril, à l'entrée de la vallée de la Bedraou dans l'est de l'Afghanistan.

Publicité

AFP - L'armée française a tué par accident quatre civils afghans, victimes d'un tir de missile Milan lors d'une opération franco-afghane menée contre des insurgés le 6 avril, a reconnu jeudi le porte-parole de l'état-major des armées, Christophe Prazuck.

"A notre connaissance, c'est la première fois qu'un tel événement se produit pour les militaires français", a ajouté M. Prazuck, joint par l'AFP.
 
Les forces de l'Otan (Isaf) avaient lancé une enquête pour éclaircir les responsabilités dans cet accident survenu le 6 avril à l'entrée de la vallée de la Bedraou dans l'est de l'Afghanistan.
 
L'enquête désormais "close", a précisé l'amiral Christophe Prazuck, a permis d'établir qu'"un tir de missile Milan (était) à l'origine" du décès de quatre des cinq civils touchés par des éclats de l'engin qui, au moment du tir, étaient rendus invisibles par des arbres.
 
"Il y a régulièrement dans la province de Kapisa (est) des combats assez durs, dans une région où la population est assez dense, avec donc des règles d'ouverture du feu très strictes qui jusqu'à présent avaient permis d'éviter un incident malheureux", a poursuivi le porte-parole.
 
"Polycriblées", les victimes ont été atteintes par "une explosion", avait dit l'amiral Prazuck le 8 avril en annonçant à Paris le lancement d'une enquête sur cet accident.
Un des cinq jeunes était mort sur le coup. Parmi les quatre autres pris en charge par l'armée française, trois sont morts de suites de leurs blessures et le dernier est toujours hospitalisé en Afghanistan mais désormais hors de danger.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.