Accéder au contenu principal
CORÉE DU SUD

Séoul honore la mémoire de ses 46 marins morts en mer

2 min

Un mois après le naufrage d'une corvette, qui a coulé le 26 mars à la suite d'une explosion, la Corée du Sud a rendu un hommage national aux 46 marins victimes de la catastrophe. L'explosion pourrait avoir été causée par une torpille nord-coréenne.

Publicité

REUTERS - La Corée du Sud a célébré jeudi les obsèques des 46 marins tués lors du naufrage d'un navire de guerre, causé par une explosion largement considérée comme causée par une torpille nord-coréenne.

Le président Lee Myung-bak a assisté à la cérémonie organisée à Pyeongtaek, port d'attache de la corvette "Cheonan" situé sur la côte Ouest du pays, à 200 km de la frontière disputée entre les deux Corées.

Lee a décoré à titre posthume chaque marin de l'Ordre du mérite militaire, mais ne s'est pas exprimé lors de la cérémonie.

En revanche, le chef des opérations navales, l'amiral Kim Sung-chan, a promis de pourchasser les coupables et de les punir.

S'il se confirme que l'explosion a bien été causée par une attaque nord-coréenne, ce que nie Pyongyang, il s'agirait de l'une des frappes les plus meurtrières depuis le cessez-le-feu de la Guerre de Corée proclamé en 1953 après trois ans de combats.

Une agence de presse sud-coréenne rapportait toutefois cette semaine que le Parti des travailleurs nord-coréen avait parlé d'une "grande revanche" de son armée contre celle de son voisin.

Cette annonce a attisé la colère des Sud-Coréens, qui sont nombreux à penser que le naufrage a bien été causé, la nuit du 26 mars, par une attaque délibérée de Pyongyang.

Le chef du parlement nord-coréen, Kim Yong-nam, doit se rendre jeudi en Chine pour assister à l'inauguration de l'exposition internationale. Le naufrage du "Cheonan" sera probablement évoqué par les dirigeants mondiaux réunis pour l'occasion à Shanghai.

Lee Myung-bak doit également se rendre à Shanghai. Ce sera la première fois qu'il se trouvera à proximité d'un responsable nord-coréen depuis sa prise de fonctions il y a deux ans.

La Chine, pays le plus proche diplomatiquement de la Corée du Nord, ne s'est guère manifestée dans cette affaire, ce qui semble pouvoir être interprété comme du mécontentement vis-à-vis de l'attitude de Pyongyang.

Soucieux de ne pas inquiéter les milieux financiers, le président sud-coréen a assuré que son pays ne mènerait pas de représailles militaires après le naufrage.

Séoul a fait savoir que ses conclusions sur la cause de l'accident seraient annoncées au terme d'une enquête internationale. Aucune date n'a été annoncée.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.