PIRATERIE

Le skipper du Tanit a bel et bien été tué par une balle française

Séquestré à bord de son voilier en compagnie de sa compagne et de leur fils en avril 2009, Florent Lemaçon a bien été tué par une balle tirée par l'un des membres du commando français venu les libérer, a révélé le procureur de Rennes.

Publicité

AFP - La vérité que Chloé Lemaçon demandait depuis plusieurs mois est désormais établie : son mari Florent a bien été tué dans l'Océan indien par une balle française, lors de l'assaut par des commandos français de leur bateau capturé par des pirates somaliens.

Mercredi, le procureur de Rennes, Hervé Pavy a annoncé que "l'expertise balistique ordonnée par le magistrat instructeur, confirmée par les autres éléments du dossier, a permis d'établir que le tir ayant causé la mort de Florent Lemaçon était un tir d'origine militaire".

Le ministre de la Défense, Hervé Morin, a assuré après cette annonce que l'Etat assumerait "toute sa responsabilité" dans cette affaire.

"Depuis le début, les militaires et moi-même avions fait savoir à la famille que nous avions des doutes importants", a-t-il déclaré à l'AFP en marge d'une cérémonie au Mont Valérien, près de Paris.

"Je n'attends plus rien d'eux", a riposté de son côté Chloé Lemaçon dans un entretien avec l'AFP.

"Je constate juste que ça fait 12 mois que je me bats et qu'aujourd'hui une vérité arrive exactement le jour où je suis moi-même à Paris avec les médias, quelque temps après que mon beau-père ait fait savoir qu'il envisageait de porter plainte contre l'Etat", a-t-elle aussi expliqué.

Chloé Lemaçon publie jeudi un livre témoignage, "le voyage de Tanit", où elle raconte sa bataille pour que l'Etat accepte de reconnaître sa responsabilité dans la mort de son mari.

"Un an plus tard, mon combat est intact : que l'Etat redonne sa place à la vérité et rétablisse ainsi l'honneur de Florent", écrit-t-elle.

Hervé Morin, qui s'était engagé à "dire la vérité" après l'assaut, a déclaré mercredi qu'il revenait "à l'autorité judiciaire de s'exprimer la première et de faire savoir à la famille, dans le cadre de la procédure judiciaire, les conclusions de l'enquête et des expertises".

"Il y aura bien entendu une indemnisation de la famille et de Chloé Lemaçon (veuve de Florent Lemaçon) dans le cadre du régime de responsabilité sans faute de l'Etat", a poursuivi le ministre de la Défense sans en évoquer le détail.

Chloé Lemaçon a confirmé à l'AFP qu'elle ne souhaitait pas porter plainte contre l'Etat, comme elle le dit depuis le début.

Dans une interview au Monde Magazine du 2 avril, elle expliquait que Nicolas Sarkozy l'avait reçue personnellement le 3 juin 2009.

Selon elle, le président avait reconnu une "responsabilité de l'Etat" dans la mort de Florent Lemaçon et lui proposait une "aide", à condition qu'elle n'engage "aucune poursuite contre l'Etat".

Florent, Chloé et leur fils Colin avaient quitté Vannes fin juillet 2008 à bord du voilier de 12,50 m pour rejoindre Zanzibar, dans l'Océan indien.

Au moment de leur capture par les pirates somaliens, deux autres équipiers se trouvaient à bord. Florent Lemaçon est la seule victime chez les otages de l'assaut des commandos français, dans laquelle deux pirates sont morts.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine