ÉTATS-UNIS

Installation d'un "couvercle" géant pour colmater la fuite de pétrole

Texte par : Dépêche
|
Vidéo par : Pierrick LEURENT
4 mn

Les techniciens de BP posent un "couvercle" géant censé colmater la fuite de la plateforme Deepwater Horizon. Du pétrole a touché la terre pour la première fois hier, sur des îles situées au large de la Louisiane.

Publicité

AFP - Le "couvercle" destiné à recouvrir la fuite de pétrole du golfe du Mexique était sur le point d'être posé vendredi soir, une opération porteuse d'espoir pour les habitants de la région, qui ont commencé à sentir les effets de la marée noire avant même de la voir.

Le dôme de confinement d'une centaine de tonnes qui vise à stopper l'hémorragie de brut "est actuellement à quelque 60 mètres du fond et est en train d'être positionné au-dessus de la fuite", a indiqué Doug Suttles, un responsable de BP.

"C'est un très gros appareil et il doit être placé de façon très précise, alors que la grue qui le descend est à 1.500 m au-dessus de la fuite" a-t-il précisé. La plateforme Deepwater Horizon, exploitée par BP, a sombré le 22 avril après une explosion qui a fait 11 disparus, laissant le gisement se répandre directement dans la mer.

Le responsable s'est montré prudent quant aux résultats espérés: "nous devons admettre que cela n'a jamais été fait auparavant et on doit s'attendre à des complications mais nous sommes décidés à tout faire pour que ça marche", a-t-il expliqué. "C'est en effet la première fois que ce type d'opération est réalisée à une telle profondeur. Cela va prendre plusieurs jours et cela peut marcher ou ne pas marcher", a ajouté, pour les garde-côtes, la contre-amirale Mary Landry.

Dans le pire des scénarios, la pose du couvercle, sorte d'entonnoir pointe en l'air de 12 mètres de haut, pourrait aggraver la fuite et multiplier par 12 la quantité de pétrole rejetée dans la mer, actuellement évaluée à 800.000 litres par jour, a averti BP.

Au cours du week-end, les techniciens vont relier par un tuyau le "couvercle" à un pétrolier mouillant à la verticale: "avec de la chance, nous commencerons en début de semaine à siphonner le pétrole vers la surface", a précisé le responsable du groupe pétrolier britannique.

Depuis le début de la catastrophe, alors qu'enfin le temps s'est montré clément ces deux derniers jours, quelque 8 millions de litres d'un mélange d'eau et de pétrole ont été récupérés à la surface de la mer et plus de 4 millions de litres de pétrole ont été brûlés. "C'est tout à fait substantiel. Nous avons démontré que c'était une technique très efficace", a ajouté M. Suttles.

L'opération concentre les espoirs des riverains du golfe du Mexique, du Texas jusqu'à la Floride.

Car même si seules quelques îles inhabitées ont pour l'instant été souillées par le pétrole et que le plus gros de la nappe ne devrait pas atteindre les côtes d'ici la fin du week-end, leur vie de tous les jours a déjà été bouleversée.

Selon l'EPA, l'Agence américaine de protection de l'environnement, "il y aura un impact considérable sur l'environnement", a déclaré Bob Perciasepe, son directeur adjoint, dans un entretien avec l'AFP.

Une réserve naturelle s'étendant sur plusieurs îles au large des côtes de la Louisiane (sud) souillées par la marée noire a été fermée au public vendredi afin de faciliter le travail des équipes de nettoyage. La réserve +Breton National Wildlife Refuge+, qui abrite un nombre incalculable d'oiseaux, est une des plus anciennes des Etats-Unis.

La Maison Blanche a prévenu de son côté le secteur pétrolier que la marée noire dans le golfe du Mexique ne devait pas servir à justifier une éventuelle hausse des prix du pétrole.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine