VATICAN

Le pape accepte la démission d'un évêque accusé de violences

Texte par : Dépêche
3 mn

Benoît XVI a accepté la démission de l'évêque bavarois Walter Mixa, qui a reconnu s'être rendu coupable de maltraitances sur des enfants il y a vingt ans et qui fait depuis peu l'objet d'une enquête pour des abus sexuels.

Publicité

AFP - Le pape Benoît XVI a accepté samedi la démission de l'évêque d'Augsbourg, en Allemagne, Walter Mixa, accusé d'avoir frappé des enfants dans un orphelinat catholique il y a plus de 20 ans et qu'il avait lui-même nommé à ce poste en 2005, a annoncé le Vatican.

Le pape "a accepté la renonciation au gouvernement pastoral du diocèse d'Augsbourg présentée par Mgr Walter Mixa, en conformité avec l'article 401, paragraphe 2, du code de droit canon", a indiqué le Vatican dans un communiqué. Cette disposition concerne la mise à la retraite pour "maladie" ou "autres raisons graves", non spécifiées, avant l'âge légal de 75 ans.

Benoît XVI a également accepté la démission de l'évêque de ses fonctions de "Vicaire aux armées pour la République d'Allemagne".

Vendredi, le parquet d'Ingolstadt (Bavière, sud de l'Allemagne) a confirmé des informations de presse selon lesquelles une enquête pour abus sexuel a été ouverte à l'encontre de Mgr Mixa, déjà accusé d'avoir frappé des enfants.

Fin avril, Mgr Mixa, 69 ans, avait présenté sa démission après avoir été accusé d'avoir battu des élèves d'un orphelinat catholique. Il avait d'abord nié avoir commis tout acte de violence sur des enfants avant d'admettre avoir bien distribué quand il était prêtre "une ou deux gifles il y a 20 ou 30 ans", à une époque où "c'était complètement normal".

Selon le quotidien local Augsburger Allgemeine, l'enquête pour abus sexuels rendue publique vendredi a été déclenchée après un signalement de l'Eglise au parquet et concerne des soupçons d'abus sur un jeune homme, mineur au moment des faits, lorsque Mgr Mixa était évêque d'Eichstätt entre 1996 et 2005.

L'avocat de Mgr Mixa, Gerhard Decker, cité dans le journal, a assuré que le prélat "rejette catégoriquement" les accusations.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine