GRÈCE

Le gouvernement adopte une réforme drastique des retraites

Texte par : Dépêche
3 mn

Dans le cadre de la cure d'austérité destinée à juguler les effets de la crise, la Grèce a adopté son projet de réforme des retraites qui prévoit, entre autres, des coupes franches dans les pensions. Au grand dam des syndicats.

Publicité

AFP - Le gouvernement grec a adopté lundi sa réforme des retraites, l'une des mesures phare d'une cure d'austérité, prévoyant des coupes claires dans les pensions, d'ores et déjà rejetée par les syndicats, a indiqué à l'AFP le ministre de la protection sociale Andréas Loverdos.

"Le plan a bien sûr été adopté", a déclaré à la sortie du Conseil des ministres M. Loverdos avant de détailler le texte devant la presse.

"Nous sommes devant un dilemme historique: permettre ou éviter l'effondrement du système" des retraites qui "risque l'effondrement après 2011" si rien n'est fait, a-t-il dit.

Selon les chiffres officiels, le financement des retraites atteindra 13,2% du PIB en 2020 si aucune mesure n'est prise.

Le gouvernement socialiste, revenu au pouvoir en octobre, s'est engagé à appliquer un plan d'austérité, le plus drastique qu'ait connu la Grèce, promis à l'Union européenne et au Fonds monétaire international en échange d'une aide de 110 milliards d'euros pour lui éviter la banqueroute.

Les coupes prévues par la réforme "pourrait aller jusqu'à 20% des retraites" des anciennes grandes entreprises publiques, bénéficiaires pendant des années du système clientéliste grec, avait auparavant expliqué à l'AFP un responsable du ministère de l'Emploi et de la Protection sociale, sous couvert d'anonymat.

Selon lui, l'objectif est de reculer l'âge effectif du départ en retraite à 65 ans, contre 61,5 ans en moyenne actuellement, via l'allongement de la durée des cotisations et la fin des plans de départs volontaires.

Les femmes sont également particulièrement touchées et vont devoir travailler autant que les hommes, alors qu'elles pouvaient jusqu'ici partir en moyenne cinq ans avant.

Avant même l'annonce officielle de l'adoption de ce plan, les deux grandes centrales syndicales grecques du privé (GSEE) et du public (Adedy), ont appelé lundi à une nouvelle manifestation contre l'austérité mercredi en fin de journée dans le centre d'Athènes.

Mercredi dernier, une journée de grève nationale avait dégénéré en marge des manifestations à Athènes, provoquant la mort de trois personnes dans une banque incendiée.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine