Accéder au contenu principal

Une négligence du géant pétrolier BP soupçonnée d'être à l'origine de la marée noire

Selon un rapport du Congrès américain, une négligence du géant pétrolier britannique BP serait à l'origine de l'explosion de la plateforme dont le naufrage, le 22 avril, au large de la Louisiane, a provoqué une gigantesque marée noire.

Publicité

Les ennuis s’accumulent pour la compagnie pétrolière British Petroleum (BP), déjà prise de court dans sa lutte contre la marée noire provoquée par le naufrage de sa plateforme de forage "Deepwater Horizon" le 22 avril,  à 80 km des côtes de la Louisiane.

Selon des documents et des témoignages publiés par des enquêteurs du Congrès américain, dévoilé ce jeudi par le "Wall Street Journal", une négligence du géant pétrolier serait à l’origine de l’explosion qui a fait 11 morts parmi les employés du bâtiment off-shore.

Malgré des tests suggérant une pénétration de gaz dans le puits, BP a décidé de poursuivre des travaux de forage. Le rapport indique que de la boue, qui empêchait le gaz de s'échapper par le puits, aurait été enlevée avant même qu'un bouchon en béton ne soit coulé à sa place. Un manquement qui aurait provoqué des problèmes sur plusieurs valves de sécurité et conduit au drame. Reste à savoir qui a ordonné la poursuite des travaux.

Plaintes judicaires en cascade

Cette révélation intervient en plein tourbillon judiciaire pour BP qui accepté la responsabilité du désastre écologique. Une centaine de plaintes en nom collectif ont déjà été déposées devant les tribunaux de plusieurs États côtiers du golfe du Mexique. Mais BP n’est pas la seule compagnie concernée, puisque les plaintes visent également toutes les entreprises impliquées dans la construction de la plate-forme pétrolière "Deepwater Horizon". Le profil des plaignants est éclectique. À certaines familles des 11 ouvriers tués, se sont ajoutés des professionnels de la pêche et du tourisme, des compagnies maritimes, des municipalités et des États du golfe du Mexique.

Par ailleurs, une vingtaine de villes américaines, parmi lesquelles San Francisco, Washington, Fort Lauderdale (Floride), Chicago, New York ou Philadelphie, ont organisé dans le cadre d'un mouvement national, mercredi en fin d'après-midi, des manifestations à l'appel du collectif Answer, instigateur de la campagne "SeizeBP" ("Gelez les actifs de BP").

Le groupe pétrolier britannique, qui peine à stopper l'hémorragie de brut, a annoncé que la marée noire lui avait déjà coûté 350 millions de dollars. Pour Zygmunt J.B. Plater, professeur de droit au Boston College cité par Reuters, le montant des condamnations judiciaires dues à la marée noire dépassera de loin la facture de la catastrophe de l'"Exxon Valdez" en Alaska en 1989.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.