Accéder au contenu principal

Première comparution de l'auteur présumé de l'attentat manqué de Times Square

Faisal Shahzad, l'Américain d'origine pakistanaise soupçonné d'avoir perpétré l'attentat manqué de Times Square, à New York, le 1er mai, a été présenté à un juge fédéral. Il encourt une peine de prison à perpétuité.

Publicité

AFP - Faisal Shahzad, l'Américain d'origine pakistanaise suspecté d'avoir préparé l'attentat manqué de Times Square à New York, a été présenté mardi, pour la première fois depuis son arrestation, à un juge fédéral qui a ordonné son maintien en détention provisoire.

Un schéma de la voiture piégée trouvée à Times Square, présenté durant une conférence de presse du ministre américain de la Justice, Éric Holder. (Crédit : AFP)
Un schéma de la voiture piégée trouvée à Times Square, présenté durant une conférence de presse du ministre américain de la Justice, Éric Holder. (Crédit : AFP)

M. Shahzad est accusé d'avoir garé une voiture piégée sur la célèbre place, très fréquentée, en plein coeur de New York le 1er mai, un samedi soir.

Il a été arrêté deux jours après, alors qu'il se trouvait dans un avion en partance pour Dubaï. Il est sous le coup de cinq chefs d'inculpation, dont ceux de tentative d'utilisation d'armes de destruction massive et de tentative d'attentat sur le territoire national.

Il encourt la prison à vie.

Lors de l'audience de mardi, l'accusé n'a pas dit s'il plaidait coupable ou non. Le juge James Francis a fixé une nouvelle audience au 1er juin, tout en ordonnant "le maintien en détention provisoire de l'accusé".

Faisal Shahzad a finalement requis les services d'une avocate, Me Julia Gatto.

Depuis son arrestation le 3 mai, le suspect "a fourni des renseignements précieux qui ont permis d'exploiter d'autres pistes dans l'enquête. L'enquête sur l'attentat manqué de Times Square se poursuit", a observé le procureur fédéral de New York mardi.

A en croire le ministre de la Justice, Eric Holder, les Etats-Unis ont la preuve que les talibans pakistanais étaient derrière cette tentative d'attentat, contrairement aux affirmations du principal porte-parole de ce mouvement qui clame que ce n'est pas le cas.

Un peu plus tôt mardi, un haut responsable de l'administration Obama a annoncé que le président américain a envoyé le directeur de la CIA, Leon Panetta, et son propre conseiller à la sécurité nationale, le général James Jones, au Pakistan dans le cadre de l'enquête.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.