Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'Elysée enlisée dans la parodie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : Cap Bon sous les eaux

En savoir plus

FOCUS

L'IVG en Allemagne, un parcours de combattante

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Michael Barenboim recherche "le dialogue des œuvres les unes avec les autres"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Nous avons essayé de comprendre s'il existe une identité européenne"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

France : un hommage national aux harkis le 25 septembre

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Quelles solutions pour la crise financière de l'UNRWA ?

En savoir plus

L’invité du jour

Mamane : "Nous les humoristes, nous sommes les médecins de la société"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Karin Kneissl : "L'UE perd son temps avec les sanctions contre la Pologne et la Hongrie"

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 05/11/2010

Le gouvernement Cameron dévoile les grandes lignes de son programme

La coalition britannique, formée par les Conservateurs et les Libéraux-Démocrates, a dévoilé les grandes lignes de son programme jeudi 20 mai. Le Premier ministre, David Cameron, a le jour même, entamé le premier voyage officiel de son mandat.

David Cameron tente de faire oublier son euroscepticisme en dédiant son premier voyage diplomatique à l’Europe. Le nouveau Premier ministre britannique était à Paris jeudi 20 mai et à Berlin le lendemain.

Si les Tories sont réputés pour leur méfiance vis-à-vis de l’Union, les Libéraux-Démocrates, leur partenaire de coalition, sont connus pour leur europhilie. Nick Clegg, le vice-premier ministre, a lui-même été député européen. Aujourd’hui, David Cameron veut, selon ses propres mots, ''réaffirmer [sa] volonté d'engagement constructif avec l'Europe''.

''L’actuelle position des Conservateurs est moins radicale que celle qu’ils auraient eu s’ils avaient été seuls au pouvoir'', a estimé sur l’antenne de France 24 Jean-Claude Sergeant, professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle.

David Cameron avait déjà modéré ses humeurs eurosceptiques en renonçant à dénoncer le Traité de Lisbonne. En revanche, il n’a pas fait de grandes concessions à l’europhilie des Libéraux-Démocrates : tout nouveau transfert de compétences vers l’Europe devra être soumis à référendum et son gouvernement s’est engagé à ne pas adopter l’euro dans cette législature.

Le Premier ministre britannique plaide en revanche pour une action concertée sur les enjeux économiques. Aux côtés de Nicolas Sarkozy, il a insisté sur le fait que l’Europe devait rester soudée malgré la crise. ''Même si la Grande-Bretagne ne veut pas adopter la monnaie unique, il est dans notre intérêt que la zone euro (…) soit forte, stable et connaisse la croissance.''

David Cameron opère donc un rapprochement stratégique auprès de ses partenaires européens tout en ménageant la base de son électorat eurosceptique.

Parallèlement, il n’oublie pas de cultiver l'amitié de la Grande-Bretagne avec les Etats-Unis. La semaine dernière, William Hague, nouveau ministre des Affaires étrangères, s’est rendu aux Etats-Unis pour y rencontrer la secrétaire d’Etat, Hillary Clinton.

Par Marie BILLON

COMMENTAIRE(S)

Les archives

24/09/2018 Focus

L'IVG en Allemagne, un parcours de combattante

En Allemagne, l'IVG est loin d'être simple. Pour un médecin, donner des informations sur l'avortement peut être passible de poursuites et nombre d'entre eux ont été attaqués en...

En savoir plus

21/09/2018 Focus

Royaume-Uni : le Parti travailliste accusé d'antisémitisme

Direction le Royaume-Uni où le parti travailliste tient ce week-end son congrès annuel. Il devra notamment y répondre des nombreuses accusations de complaisance antisémitisme...

En savoir plus

19/09/2018 Focus

La traque des opposants burundais se poursuit jusqu'au Kenya

Au Burundi, depuis la crise politique de 2015 et les violences qui ont suivi, plus de 400 000 personnes ont fui le pays, notamment pour le Kenya. Pourtant, même en dehors des...

En savoir plus

20/09/2018 Focus

Autriche : restriction de l'immigration et obstacles à l'intégration

Alors que les chefs d'États européens sont réunis ce jeudi à Salzbourg, en Autriche, pour un sommet informel notamment axé sur l'immigration, le sujet est au cœur de l’actualité...

En savoir plus

18/09/2018 Focus

Invasion de sargasse au Mexique : désastre ou chance à saisir?

Cet été 2018, la côte mexicaine n'a rien d'une carte postale : des dizaines de tonnes de sargasse, une algue flottante, ont recouvert les eaux turquoises des zones hôtelières de...

En savoir plus