LIGUE DES CHAMPIONS

Duel de géants entre l’Inter Milan et le Bayern Munich

|
Vidéo par : Mariam PIRZADEH
4 mn

En course pour un triplé historique après avoir signé un doublé coupe-championnat dans leurs pays respectifs, l'Inter de Milan de José Mourinho et le Bayern de Munich de Louis Van Gaal s’affrontent ce soir en finale de la Ligue des Champions.

Publicité

Le duel entre le Bayern de Munich et l’Inter Milan, ce soir à Madrid en finale de la Ligue des Champions, oppose deux clubs qui n’étaient pas forcément attendus à ce niveau au début de la compétition. Après les éliminations de Barcelone et de Manchester United, les finalistes de la saison dernière, et celle du Real Madrid, force est de constater que l’édition 2009-2010 n’a pas souri aux favoris traditionnels.

Mais il ne faut pas se méprendre, car les deux finalistes sont deux géants du football européen. L’Inter de Milan de José Mourinho, en course pour un triplé historique, a juste éliminé Chelsea et le Barça ! Vainqueurs de la Coupe d’Italie et surtout du Calcio, les Lombards veulent offrir à leurs supporters un trophée qui leur échappe depuis 1965.

Mourinho le disciple veut dépasser Van Gaal le maître

Lors de son recrutement, l’entraîneur portugais s’était vu confié par les dirigeants de l’Inter la mission prioritaire de remporter la Ligue des Champions. Dévoré par

l’ambition de tout gagner, il est en passe de tenir son pari, lui qui s’était déjà offert le titre continental en 2004 avec Porto. En finale, celui que la presse britannique surnommait "The Special one" a un autre combat, de prestige, à gagner. Le combat du disciple contre son mentor, l’entraîneur du Bayern, Louis Van Gaal, dont il fût l’adjoint à Barcelone à la fin des années 1990. Van Gaal ? "C'est un grand entraîneur, et quelqu'un de bien, dit Mourinho. Il a été très important dans ma carrière, il a une très grande confiance en lui, et à mes débuts, j'avais besoin de ça".

Pour battre celui qui lui a mis le pied à l’étrier, le Portugais peut compter sur une équipe de gladiateurs prêts à mourir dans l’arène plutôt que de perdre. Après avoir dynamité le Barça à l’aller à domicile en demi-finale, c’est à dix contre onze, au Camp Nou, qu’ils avaient annihilé toutes les offensives des Barcelonais amenés par un Leo Messi impuissant. Une vraie leçon de sacrifice et d’abnégation.

Robben dépendance ?

Face aux Milito, Sneijder et Eto’o, se dresse une équipe, tout autant confectionnée pour gagner. À l’instar de l’Inter, le Bayern de Munich veut remporter un triplé historique, après s’être adjugé un doublé coupe-championnat en Allemagne. S’ils s’imposent en finale, les Bavarois signeront un exploit que même leurs glorieux aînés, Franz Beckenbauer et Karl-Heinz Rummenigge, n’ont pu réaliser. Pour Louis Van Gaal, "une défaite peut arriver en finale (...) mais ce serait incroyable de réussir le triplé dès la première saison avec une nouvelle équipe et un nouvel entraîneur".

Privé de Frank Ribéry, suspendu, le Batave compte sur l’organisation et la discipline de fer de ses joueurs pour contrecarrer les plans de Mourinho. Prônant un football plus offensif que son adversaire, il mise aussi sur les exploits de son compatriote, Arjen Robben, qui a été au moins déterminant dans les victoires contre la Fiorentina et Manchester United. En demi-finale, les Lyonnais ont pu se rendre à quel point sont décisives ses accélérations foudroyantes, sa patte gauche et son efficacité.

À n’en pas douter, la finale de ce soir sera avant tout une bataille tactique entre deux maîtres en la matière.
 

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine