Accéder au contenu principal

État d'urgence à Kingston suite à des heurts entre gangs et police

La capitale de la Jamaïque a été placée sous état d'urgence alors que des gangs armés ont érigé des barricades dans la ville pour empêcher l'arrestation de "Dudus", un parrain de la drogue que le gouvernement veut extrader vers les États-Unis.

Publicité

AFP - Le gouvernement jamaïcain a instauré dimanche l'état d'urgence à Kingston, où des gangs fortement armés ont érigé des barricades depuis jeudi et attaqué la police pour empêcher l'arrestation d'un parrain de la drogue, Christopher "Dudus" Coke, menacé d'extradition vers les Etats-Unis.

Dans une adresse à la nation, le Premier ministre, Bruce Golding, a menacé les gangs d'une ferme riposte affirmant qu'il "ne sera pas permis aux éléments criminels qui ont placé la société en état de siège de triompher".

L'état d'urgence, instauré pour une durée d'un mois à Kingston et Saint Andrew, permettra de "combattre les puissances du mal qui minent la société et nous valent d'être classés comme une des capitales du crime dans le monde", a-t-il ajouté.

Dans la soirée "de nombreux membres de plusieurs gangs en provenance de toute l'île se sont joints aux éléments criminels de Tivoli Gardens" pour protéger "Dudus" Coke qui y réside, ont averti les autorités.

"Il est clair que les éléments criminels sont déterminés à lancer des attaques coordonnées contre les forces de sécurité", ont-elles ajouté, laissant entendre qu'elles riposteraient fermement.

"Tous les résidents honnêtes et respectueux de la loi ont été invités à quitter immédiatement les quartiers de Tivoli Gardens et Denham Town" voisin, a indiqué la police.

Dans la journée un policier et un civil ont été blessés par balle et quatre commissariats de police attaqués, a affirmé la police. Un des commissariats a été incendié après que les policiers, à court de munitions, l'eurent évacué, a-t-elle précisé.

Les résidents évacués, notamment les femmes et les enfants, étaient conduits vers des autobus qui doivent les emmener en lieu sûr. Beaucoup ont cependant téléphoné aux radios pour affirmer qu'ils craignaient pour leur vie et ne pouvaient pas quitter la zone.

Les gangs de Kingston avaient commencé jeudi à ériger des barricades et amassé des armes y compris des fusils de gros calibre, selon la police, pour empêcher l'extradition de "Dudus", réclamée par Washington.

Celui-ci, âgé de 42 ans, est accusé d'être à la tête du Shower Posse gang, la plus importante organisation de trafic de drogue et d'armes de cette île des Caraïbes de 2,8 millions d'habitants. Ce gang, selon les autorités américaines, dispose de ramifications à New york notamment mais aussi dans le reste des Etats-Unis où il fournit marijuana et crack.

Dans certains quartiers de Kingston cependant, il est considéré comme un "parrain" et des milliers de ses partisans avaient envahi les rues de Tivoli Gardens, en apprenant qu'un mandat d'arrêt avait été lancé contre lui.

"Il est proche de Dieu, a affirmé un manifestant. Nous sommes prêts à mourir pour Dudus, exactement comme Jésus est mort pour nous sur la croix".

Golding a signé l'autorisation d'extradition de Coke, revenant sur une décision antérieure, mais celle-ci dépend en dernière instance d'une décision d'un tribunal par lequel il doit être entendu.

Vendredi le département d'Etat américain avait conseillé à ses concitoyens de ne pas se rendre à Kingston estimant qu'il existait "des possibilités de violences et de troubles civils".

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.