Accéder au contenu principal
THAÏLANDE

Double attentat dans le sud, au moins deux morts et 41 blessés

Texte par : Dépêche
2 mn

Au moins deux personnes ont trouvé la mort et 41 autres ont été blessées par deux attentats qui ont frappé à 10 minutes d'intervalle la ville de Yala, dans le sud de la Thaïlande. La police accuse les islamistes.

Publicité

AFP - Un double attentat à la bombe perpétré mercredi dans le sud de la Thaïlande, en proie à une rébellion séparatiste, a fait deux morts et 41 blessés dont cinq dans un état grave, a indiqué la police en attribuant ces attaques aux insurgés islamistes.

Les attentats ont eu lieu à 10 minutes d'intervalle à Yala, principale ville de la province éponyme.

La première bombe a explosé à 10H15 (03H15 GMT) devant un concessionnaire de voitures, blessant huit personnes. La seconde a explosé non loin, touchant les secouristes et les policiers accourus sur le site de la première bombe.

La police a accusé les insurgés islamistes d'être responsables de ce double attentat.

"Les autorités provinciales avaient été averties de l'attaque à l'avance mais l'avertissement portait sur les dates comprises entre le 28 et le 30 mai", a déclaré le gouverneur de Yala, Krisada Boonrach.

"Il y a en ce moment une foire provinciale qui doit durer jusqu'au 5 juin et les mesures de sécurité sont strictes dans le centre de la ville, alors les insurgés ont décidé d'attaquer dans les faubourgs", a poursuivi le gouverneur.

L'insurrection a fait plus de 4.100 morts depuis janvier 2004 dans cette région rattachée à la Malaisie jusqu'au début du 20e siècle et où des groupes rebelles luttent contre la domination de Bangkok.

La population de la région est très majoritairement d'ethnie malaise et de confession musulmane, contrairement au reste de la Thaïlande, essentiellement bouddhiste.

Les rebelles musulmans, jamais clairement identifiés frappent aveuglément bouddhistes et musulmans, civils et militaires dans les trois provinces de Narathiwat, Pattani, Yala.

Rebelles et forces de sécurité ont été accusés de violations des libertés fondamentales par les organisations de défense des droits de l'homme.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.