JAPON

Ouverture du procès d'un activiste écologiste pour avoir entravé une chasse à la baleine

Texte par : Dépêche
4 mn

Le procès de Peter Bethune (photo), un activiste opposé à la chasse à la baleine et membre de l'association Sea Shepherd, s'est ouvert jeudi à Tokyo. L'accusé a plaidé coupable pour quatre chefs d'accusation.

Publicité

AFP - Le procès du militant écologiste néo-zélandais Peter Bethune, accusé d'avoir entravé la chasse à la baleine des navires japonais dans l'Antarctique, s'est ouvert jeudi devant un tribunal de Tokyo.

Peter Bethune, membre de l'association de défense de l'environnement Sea Shepherd, basée aux Etats-Unis, a plaidé coupable pour quatre chefs d'accusation, mais a nié celui de "coups et blessures".

Le militant, qui risque jusqu'à 15 ans de prison, est accusé d'avoir blessé au visage un jeune marin japonais en jetant une flasque d'acide butyrique (beurre rance) en février contre le baleinier Shonan Maru 2 dans les eaux de l'Antarctique.

Il est également accusé de s'être introduit illégalement, trois jours plus tard, à bord de ce navire, en découpant à l'aide d'un couteau un filet de protection. M. Bethune, 45 ans, voulait ainsi protester contre le naufrage de son trimaran, l'Ady Gil, percuté le 6 janvier par le baleinier.

"Je rejette l'accusation de coups et blessures", a-t-il déclaré au début du procès.

"En ce qui concerne l'entrave à des activités commerciales, j'admets avoir lancé de l'acide butyrique, mais il y avait des circonstances supplémentaires que nous aborderons devant le tribunal", a-t-il ajouté.

Il n'a pas non plus contesté les trois autres chefs d'accusation de violation de propriété privée, destruction de bien d'autrui et port d'arme prohibée.

"Pour le couteau et le filet, je reconnais les faits", a-t-il poursuivi. "J'admets que je suis monté à bord du Shonan Maru 2. Mais je crois que j'avais une bonne raison pour le faire."

Le délit de coups et blessures est passible au Japon de 15 ans de prison et de 500.000 yens d'amende (4.500 euros), celui d'entrée illégale sur une propriété privée de trois ans de prison et 100.000 yens d'amende (900 euros).

A l'extérieur du tribunal, une vingtaine de militants d'extrême-droite manifestaient, sous l'oeil vigilant des policiers, en brandissant des pancartes proclamant "Pendez le terroriste Peter Bethune!" et "Détruisons la discrimination des Blancs à l'égard des Japonais!".

"Peter Bethune n'est pas un criminel ordinaire", a déclaré à l'AFP Shuhei Nishimura, l'un des manifestants. "Le laisser en liberté, c'est comme laisser en liberté un chien enragé. Il va sûrement mordre un Japonais dès qu'il va en rencontrer un."

Le procès, qui s'achèvera lundi et dont le verdict devrait être connu à la fin juin, donne un coup de projecteur à la pêche chaque année de plusieurs centaines de baleines au nom de la "recherche scientifique", une pratique tolérée par la Commission baleinière internationale (CBI) qui proscrit la chasse commerciale.

Le Japon affirme qu'il s'agit d'une tradition culturelle ancestrale, un argument dénoncé par les militants de Sea Shepherd et son fondateur canadien Paul Watson.

Les autorités japonaises ont demandé à Interpol de lancer un mandat d'arrêt international contre ce dernier, accusé de mettre en danger la vie des marins nippons en tentant d'empêcher les activités de pêche.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine